Wegelnburg 2005 Allemagne (Palatinat)

Wegelnburg Allemagne Palatinat

Wegelnburg Allemagne Palatinat

Il était déjà tard quand nous quittâmes Fleckenstein, pour atteindre le Hoenbourg il faut redescendre jusque dans la vallée et bien sûr remonter fissa sur l’autre ballon. Dans un virage, il y a le panneau du Club Vosgien avec au moins 1/2 h de marche, damned il fera nuit en haut. C’est bien la seule fois où j’appréciai la motricité d’un 4 x 4. A vive allure sur le chemin recouvert de feuilles, je surveille la crête pendant que Paul fait rebondir la Marcel d’une ornière à l’autre. Au détour d’une épingle à cheveux nous laissons l’os et gravissons la pente ventre à terre. Au travers les branchages sur le sommet nous apercevons le pain de grès sombre, dans 1/4 h il fera nuit. La masse sombre du château s’allonge devant nous ou plutôt celle du rocher qui le porte, il fait un froid de canard là-haut, quelques flocons tournoient, le sol n’a pas dégelé. Une belle plaque de fonte signale en écriture gothique : Wegelnburg. « Attends, c’est pas le bon, nous sommes dans le Palatinat, je le connais pas celui-là ». Rapidement nous faisons le tour du propriétaire, trois niveaux de terrasses, une vue imprenable et lugubre sur les derniers ballons qui émergent de la brume avec un bon vent du nord, ambiance Carpates et Dracula.
Du château du XIIe il ne reste pas grand-chose, comme tout ses semblables troglodytes, seules les pièces creusées dans le grès subsistent. Des soubassements de murs laissent imaginer le plan, qui s’apparente à celui d’un navire de guerre avec sa poupe et sa proue fuselées. Des tours défendaient chaque extrémité, les murs épousent parfaitement la forme du rocher. Nous franchissons la première enceinte au pied du rocher, il y a un château haut et un château moyen. L’ensemble est parfaitement restauré, rejointoyé à l’allemande, un peu trop à mon goût. Heureusement, l’heure tardive et les conditions climatiques procurent au site tout son mystère. Un silence vraiment pesant nous entoure, pas une habitation, la forêt à perte de vue, des corbeaux coassent une dernière fois avant de rentrer au bercail. En redescendant, le chemin principal remonte vers une autre butte en s’approchant nous distinguons à travers les arbres la silhouette carrée du Hoenbourg, trop tard, il fallait aller vers la gauche tout à l’heure.
Premières mentions des Wegelnburgen 1246, après un premier siège en 1282 le château s’agrandit puis il passe de mains en mains pour finir ruiné en même temps que Fleckenstein et ses voisins. Aujourd’hui nous appelons ça de l’optimisation car toutes ces places fortes ne sont distantes entre elles que de quelques kilomètres à vol de corbeau. R.C.

Advertisements
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s