Haut Landsbourg 1991 France (Alsace)

Haut Landsbourg Alsace

A 620 m d’altitude sur la route des 5 châteaux au-dessus de Colmar.
Un grand quadrilatère dont les premières constructions datent du XIIIe, il a reçu des ajouts jusqu’au XVIe, pris dans la tourmente de la guerre de Trente ans les Suédois s’en emparent en 1635, à la fin du siècle les Français parachèvent le travail.
Ma description sera purement livresque, n’ayant pu pénétrer à l’intérieur. Dans la grande enceinte, tassé dans un coin, le premier château se trouve replié sur un socle rocheux, il domine un vaste plateau dont l’occupation remonterait à plusieurs siècle avant JC. Traditionnellement, l’ensemble agglomère un palais, une tour citerne et un donjon circulaire. Au XVe, Lupfen, détenteur de la seigneurie  par son alliance avec une fille Ribeaupierre, engage le château dans une lutte contre les Palatin et l’empereur. Mauvaise partie sur le plateau, il s’ensuit un assaut qui tourne mal. A la fin du XVIe, schwendi restaure les murailles en y accolant des logis et en y adjoignant des éléments défensifs modernes : bastion pour des pièces d’artillerie, châtelet avec un pont-levis et des tours poivrières aux extrémités. la fin du XIXe les allemands ont restauré le Haut Koenigsbourg, le Conseil Régional s’est offert à la fin du XXe la reconstruction du Haut Landsbourg. Quinze années de travail plus tard, et une bonne partie du budget des affaires culturelles, la Région peut s’enorgueillir d’un lieu public de prestige. Ouvert avec parcimonie, je m’y suis rendu deux fois, en vain, courtines et portes sont en bon état, impossible de faire le mur. Reconstruit à l’identique avec les matériaux d’époque, le propos est de montrer un château tel qu’il était au XVIIe. Pourquoi pas au XIIIe ? Les jours d’ouverture, les touristes s’y pressent en masse après le rituel roboratif déjeuner dominical alsacien, petits et grands gobent les commentaires illustrés, en buvant des bières ou en suçant un ice cream.
1h 30 plus tard, ils redescendent dans la vallée satisfait de ce haut moment culturel sans charme. Image d’un pays « progressiste », le Haut Landsbourg illustre le malaise culturel français où le conservatisme est de mise. En se repliant sur les valeurs traditionnelles, la direction des Monuments Historiques érige en dogme un certain bon goût aux Français où domine la nostalgie d’un moyen âge largement idéalisé.. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s