Landsberg 1991 France (Alsace)

Landsberg Alsace

Accès par la route du mont Ste Odile à l’ouest d’Heiligenstein. Fondation à la fin du XIIe, agrandissement dans la seconde moitié du XIIIe, remaniement fin du XIVe jusqu’au XVe et démolition au XVIIe à la suite d’un incendie, de source sûre les Suédois n’y furent pas étrangers. J’ai visité ce château par une belle journée d’été, quand l’Alsace de Hansi prend toute sa quintescence, comment ne pas ressentir l’envie de s’y arrêter.
Dans le noyau primitif, un magnifique oriel voûté en cul-de-four, encadré de baies romanes doubles, laissent présager du luxe insolent du palais dont cette façade est le dernier vestige. Au verso, la grande salle jouissait de la lumière dispensée par ces baies géminées, chacunes surmontées d’un arc roman en plein cintre et reliées par un élégant jambage constitué d’une colonnette surmontée d’un chapiteau. Tout cela demeure depuis le XIIIe. Le donjon massif en impose, son accès est aujourd’hui impossible, dans les années 70 une échelle en fer en offrait encore la visite. Une disposition commune à tous ses semblables régionaux, la porte d’entrée est au moins à la hauteur du premier étage et l’ascension s’effectuait par un escalier en bois à plusieurs volées, n’imaginez pas en retrouver un d’époque.
Sur l’enceinte de la basse-cour, subsiste toujours une remarquable canonnière avec ses gonds de pierre pour un mantelet, adaptation symbolique du système défensif aux armes à feu, en date de 1459.
Une même lignée de Landsberg a tenu la seigneurie depuis son établissement, jusqu’à la guerre de Trente ans, si nous occultons l’intermède des comtes Palatin pendant presque tout le XVe. Le site a été fractionné à plusieurs reprises, une coutume en Alsace, lorsque plusieurs familles, quelquefois adverses, se partagent un lieu. Le château est en pleine forêt, il faut marcher une petite demi-heure entre chaumes et bois, un peu avant d’arriver il y a une assez jolie maison de garde chasse, si je ne me trompe pas. Belles ruines pas trop bricolées, le bel appareil de grès rose à bossage typique de la Rhénanie a bien résisté au temps, à 560 m d’altitude le cadre forestier vosgien est remarquable.

. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s