Hoensalzburg 2005 Autriche (Salzbourg)

Hoensalzburg Autriche

Hoensalzburg Autriche

Le jeune Mozart montait-il régulièrement à la forteresse, lorsqu’il exerçait ses fonctions de maître de concert à la cour du prince archevêque Colloredo ?
En pénétrant dans la cour du château, je suis saisi par une sensation : celle d’une vie grouillante depuis toujours, où tout un peuple s’activent dans un agglomérat d’habitats. Il aurait dû neiger, simplement une bruine fine glacée tombe dans un brouillard rampant. Imperturbable, le funiculaire déverse des flots de manants immédiatement absorbés, la taille de l’édifice y contribue largement. Deux enceintes, chacune bordée de bâtiments qui abritent des échoppes à souvenirs, restitution fidèle de l’ambiance d’une basse-cour populeuse et industrieuse écrasée par la masse dominante du château haut formé d’un agrégat d’immeubles. S’il subsiste quelques tours, elles se fondent dans la masse de ce qui est considéré comme l’un des plus grands châteaux fort d’Europe Centrale. Evidemment, le point de vue est imprenable, d’un côté la ville et le Danube, de l’autre des prairies s’étendent jusqu’aux pieds des contreforts alpins.
Salzbourg est cernée de collines, celle du château, dominante, s’avance vers le fleuve formant un verrou sur la vallée. Jamais conquise, la grande forteresse a plus de 900 ans. elle a toujours appartenu aux princes archevêques, sa fondation en 1077 est attestée dans tous les guides.
Un différend entre le pape et le monarque aurait déterminé Gebhar à entamer la construction, son successeur verra la fin des travaux. La seconde phase d’agrandissement date des XV et XVIe siècles, elle donne au fort sa configuration actuelle. Une prétendue agitation hongroise et révolte des paysans aurait mis Salzbourg au cœur d’une tourmente, imposant aux archevêques de regagner leur rocher. La vieille forteresse du XIIe se modernise avec de nouveaux bâtiments richement décorés, puis un arsenal et un grenier, apparemment « l’exil » aurait duré presque 30 années. Les recyclages en caserne et en prison ont certainement évité au site une dénaturation voire une destruction, préservant l’authenticité du lieu et nous épargnant les artefacts d’une reconstruction de pacotille. Il émane du Hohensalzburg une vérité sur ce que pouvait être une citadelle au moyen âge. R. C.

Advertisements
Cet article, publié dans Autriche, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s