Parez 1994 Rep Tchèque (Cesky Raj)

Parez Cesky Raj

Y a t’il eu un château à Parez ? Sur la carte, il est mentionné à cet endroit une ruine que nous n’avons pas trouvée. Un empilement de pierres tout au plus, des escaliers taillés dans le rocher, une salle troglodyte et surtout des bons garde-corps en tubes soudés, vestiges de l’ère communiste. Le Cesky Raj est une région unique en Europe, nous avions atterri là un peu par hasard, en feuilletant un journal Praguois dont des photos en noir et blanc nous avaient enthousiasmés. Les « villes de pierre » comme les appellent les tchèques sont d’énormes congressions rocheuses agglutinées comme des buildings, certaines font plus de 30 m de hauteur. Ainsi, nous partîmes à la découverte des châteaux et des paysages du “paradis tchèque”, traduction de Cesky Raj, baptisé ainsi au XIXe par des poètes qui tombèrent sous le charme de cette belle nature. Les photos du journal ne trahissaient pas, émergeants des forêts, les colosses de grès en imposent par leur présence. Parfaitement préservé, épargné par l’urbanisme de masse efficace, cher aux nations du bloc communiste, le parc n’est qu’à 90 km au nord est de Prague en montant vers la Pologne.
Passez par Sobotka, vous n’oublierez pas les maisons de bois sombre qui surplombent la rivière, ensuite plongez dans la vallée de la Jizera pour retrouver des paysages vallonnés authentiquement romantiques. Deux villes bordent le parc : Jicin au sud et Turnov au nord, la nationale 35 les relie, 30 km les séparent. Le site de Parez qui culmine à 450 m est au bord d’une route secondaire de montagne qui va vers le nord ouest en sortant de Jicin, passez à Prachov après le village de Parezka lhota, en pleine forêt un chemin indique bien la direction du lieu, vraisemblablement ce tas de pierres chétif, déjà évoqué, au pied des congressions. La destination, pour un week-end romantique n’est pas usurpée, outre l’opulente nature, en 94, le marché sur la place principale de Jicin sentait encore bon l’Europe de l’Est avec ses produits made in USSR. Dans l’arène, un jeune vendeur de Skoda cohabitait avec des vieilles vendeuses aux doigts crochus et aux fichus rouges. Autour, les bâtiments multicolores aux arcades gothiques complètent harmonieusement le tableau. R. C.

Advertisements
Cet article, publié dans Tchéquie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s