Veliki Tabor 2003 Croatie

Veliki Tabor, Croatie

Veliki Tabor, Croatie

L’extrême ouest, à la frontière slovène, dans un panorama de collines entre prairies et forêts presque trop vertes, sur une éminence un gros château trapu. Juste ce qu’il faut de délabrement qui sied si bien à un bâtiment rural, des abords pas franchement soignés, des murs lézardés, des enduits à l’aplomb approximatif. Tout flaire le suranné, un entretien régulier mais chich. Veliki n’a pas bénéficié de l’exploitation touristique outrancière des symboles, d’une époque révolue, donnés en pâture au bon peuple par un pouvoir progressiste. Aujourd’hui, le site est inventorié par l’Unesco, le pire est malheureusement à craindre. Que va devenir cette grosse muraille décorée par une modénature de faux mâchicoulis, implantés à mi hauteur ils ne servent qu’à alléger la silhouette. Toute la féodalité est rassemblée là, puissantes tours englobées dans une enceinte qui enserre le vieux donjon polygonal du XIIe, monumentalité du portail qui s’apparente à celui d’une grosse ferme. Rustique, pourtant il ne date que du début du XIXe. L’ensemble est du XVIe, dernier sursaut d’orgueil d’un hobereau de campagne qui entend maintenir une pression symbolique sur ses féaux, ou peur des Ottomans ?
Dommage, cher lecteur, tu n’auras pas ma chance en pénétrant dans cet édifice, dont je ne savais rien. Jamais apparences ne furent plus trompeuses, à l’opacité de l’extérieur résonne l’éclat de la cour intérieure, toute la puissance symbolique du moyen âge s’évanouit devant cette grâce rurale renaissante. Tu viens de passer le porche, naturellement sombre et humide, quand tes yeux retrouvent lumière et un décor de cour italienne d’une incroyable harmonie.
Une vaste loggia sur trois niveaux de coursives court sur toute la façade intérieure de l’enceinte. Il vient de pleuvoir, les murs suintent, le ciel est encore sombre, le pavé de la cour luit, un carillon sonne régulièrement. Un escalier à gauche de l’entrée t’emmène dans le donjon ou dans les coursives, là les portes ouvertes t’offrent le spectacle d’une vie pastorale. Les salles se succèdent avec leurs expositions qui relèvent plus de l’amas, ainsi cohabitent pèle-mêle : ustensiles, instruments chirurgicaux et aratoires, peintures ou photographies vernaculaires. Les salles basses abritaient une singulière collection d’armes et de photos, allégorie aux milices et combattants croates de la guerre de 93. Dernières curiosités plus consensuelles, la chapelle gothique au décor baroque située au premier étage, enfin dans la cour, le grand puits descend à plus de 30 m. Tu n’es qu’à 60 km de Zagreb, dans la Zagorje, près de Desni. Depuis la capitale vas au nord ouest vers Podcetrtek, après Kumrovec. La colline est investie depuis le IIe siècle par un fort romain, vous serez au calme, les touristes préfèrent la côte et les rivages de l’Adriatique. R. C.

Advertisements
Cet article, publié dans Croatie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s