Ston 2003 Croatie

Ston Croatie

Jamais avares de qualificatifs vendeurs, les guides évoquent « La muraille de chine européenne » lorsqu’ils parlent du mur de Ston. Une ”muraille” qui franchit une ou deux collines, aux fins d’isoler de la terre ferme la presqu’île de Peljesak. A 50 km au nord de Dubrovnik, l’isthme de Ston regorge de marais salants, une richesse qui finance dès 1333 la construction d’un rempart long de 5,5 km avec tout un système défensif. A Ston, entre le rivage et le village c’est un ouvrage isolé : un vaste quadrilatère défendu par trois tours d’angle et une double enceinte. La courtine, massive et dépourvue d’ouverture, impliquait un système défensif concentré sur le couronnement. De faible hauteur, les murs et les tours seraient aussi l’illustration d’une fortification qui s’est adaptée progressivement à l’artillerie, vraisemblablement jusqu’au XVIIIe. Bordant les habitations, la muraille débute par un fortin bastionné dont les terrasses pouvaient supporter des pièces d’artillerie. Tout est en parfait état comme la première partie de mur avec ses tours d’appui, que nous arpentâmes péniblement sous un vrai soleil d’Adriatique, chaud. Le tronçon suivant s’enfonce dans le maquis, absolument pas restauré, son accès est rendu difficile et n’offre pas plus de sensations que la partie aménagée infiniment plus praticable.
La route qui rejoint Mali Ston serpente au pied de la colline, il suffit de lever les yeux pour apercevoir la muraille et ses merlons. A nouveau la mer en arrivant à Mali, elle pourlèche la base d’une grosse tour, derrière, à l’abri du rempart un mignard petit port prêt à accueillir les hordes assoiffées. Tu ne pourras pas résister à l’envie de parcourir les ruelles bordées de maisonnettes et de jardinets toujours bien fleuris en mai. Naturellement, si tu lèves les yeux tu vas découvrir sur le côteau un château, imposant par la hauteur de sa muraille, une des ruelles creuses ne manquera pas de t’y conduire. Ouvert à tous les vents, le désert règne à l’intérieur de l’enceinte, les grands murs en bel appareil sont nus, les tours carrées ouvertes à la gorge se délitent dans cette grande solitude, rien qui puisse arrêter le glissement de mon regard. Du logis seigneurial, il ne subsiste que le mur qui l’isolait du reste de la cour, les ouvertures et un manteau de cheminée sont toujours en place. Côté amont, le mur d’enceinte fait bouclier et le chemin de ronde fait au moins cinq mètres de largeur, parfaitement arasé, la promenade est facile et sans risque. Panorama parfait sur les rives dalmates, une mer si bleue acidulée par le rouge des toitures de l’avant scène. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans Croatie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s