Tartous 1998 Syrie

Citadelle de Tartous

L’arrivée à Tartous en fin d’après-midi vous laissera un fameux souvenir, avec sa plage déserte et son remblai où tu peux cruiser tranquille le bras à la portière et la clope au bec. A gauche, la mer et la plage ornée de parasols géants en tôle rouillée, à droite des immeubles en construction ou inachevés, à l’approche du centre le seventies style fait place au médiéval réinvesti. Le soleil se couche face aux remparts orange resplendissants, illuminant la désolation de ce front de mer. Passé la porte de la ville les ombres s’allongent, la douceur de la pierre rose fanée par les siècles vire au violet, les enfants jouent encore au ballon pendant qu’une vraiment vieille Marcel modèle 220 ponton, jaune taxi, se repose de sa journée. Les restes de la ville fortifiée sont présents à chaque coin de rue, un mur, une arche, une tour, la plupart maquillés par des infrastructures énergétiques, des séchoirs à linge, des panneaux publicitaires, des réparations de mauvaises fortunes, des chiens faméliques errants et un vieux coiffeur toujours au taf à 9 h du soir pendant que ses potes jouent au backgammon au milieu de la rue. Tu peux oublier le trottoir et l’urbanisme à la Delanoé. Emotion intacte, nous sommes toujours au XIIe à la belle époque de la domination franque quand, les templiers, maîtres des lieux, faisaient vraiment les malins dans leur citadelle.
A cette époque Tortose dominait en Palestine, c’était le point de passage entre Antioche et Tripoli. Dernier bastion franc, quand les croisés mettent les voiles vers Chypre en 1291, ils ne savent pas qu’ils ne reviendront jamais, Tortose c’est fini. Pourtant la ville était bien défendue, une belle enceinte, une super citadelle, un pont fortifié et un valeureux donjon qui résista au siège de Saladin en 1188. Aujourd’hui, il est malaisé de percevoir ces bâtiments, détruits ou incorporés dans l’habitat domestique, tu peux déceler l’entrée de la citadelle, la position de la grande salle de l’ordre, il te faudra beaucoup plus d’imagination pour situer la seconde enceinte encore plus puissamment fortifiée, l’ensemble ouvre sur la mer, une situation idéale pour fuir le muslim revanchard. Dernier vestige sauvegardé de la splendeur de Tortose, sa cathédrale des XII et XIIIe, un bâtiment d’une grande austérité comparativement à nos cathédrales gothiques contemporaines, l’ensemble flaire l’origine byzantine. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans Syrie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s