Shayzar 1998 Syrie

Shayzar Syrie

L’avantage des pays sous dictature, c’est le calme qui y règne et la tranquillité d’esprit avec laquelle tu peux te balader avec ton matériel photo en bandoulière et ta Panerai au poignet. A la belle époque d’Hafez el Assad la visite des châteaux de Syrie ne présentait qu’un seul inconvénient, le prix d’accès de 50 Fr équivalant à 1/10e du salaire moyen syrien et au tarif de deux ou trois sites en France. La quiétude et la solitude lors de la découverte d’un site n’ont pas de prix. Shaÿzar est sur un éperon qui épouse la rive d’un petit affluent de la vallée de l’Oronte, de l’autre côté, s’agglutinent les cases d’un village de pauvres, qui attend chaque soir l’ombre du château. Ma visite, contrairement ou subséquemment à ce que je viens de dire fut largement écourtée, afin d’éviter notre lapidation par une bande de gamins crasseux, qui rapidement s’accrochèrent à nos basques et devinrent menaçants. Héritiers d’une tradition séculaire ces sales mômes ne firent rien d’autre que répéter ce que leurs ancêtres infligèrent aux bons chevaliers Croisés. Shäyzar ne passa jamais aux mains des Francs, demeurant une forteresse Muslim, malgré plusieurs tentatives de sièges au XIIe, et deux tremblements de terre qui ruinèrent le site. Apparemment les Mongols eurent plus de succès et razzièrent tout au XIIIe, Baybars le tombeur du Krac reconstruisit la forteresse. Autrefois, la ville s’étendait sur toute la langue de colline, une faille l’isolait du plateau, à son aplomb subsiste la tour maîtresse du site dont le bel appareil s’orne d’un recyclage de troncs de colonnes romaines en boutisse. Sur la crête, largement chahutée, enchevêtrement de ruines d’habitations et de rocailles, l’attribution des restes est difficile. La partie la plus spectaculaire se porte à l’entrée du site. Un superbe plan incliné, reposant sur trois voûtes en arc brisé, donne l’accès à la tour porche du XIVe, l’ensemble est rehaussé par l’impeccable pavement du glacis façon Krac ou Kerak.
Il fait chaud à Shaÿzar, la plaine fertile de l’Oronte s’étale dans une brume de chaleur jusqu’au jebel an Nusayriyah. Rendez vous au km 23, au nord ouest de Hama, entre Homs et Alep sur la route 56. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans Syrie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s