Clisson 2005 France (Loire Atlantique)

Château de Clisson

Château de Clisson

Le château est en plein milieu du bourg, qu’il écrase de toute sa hauteur et surtout de sa masse.
Les premières constructions datent du XIIIe, la seconde période d’élargissement avec une enceinte adaptée aux armes à feu remonte au XVe. Il subit quelques ajouts dont des bastions et des ponts-levis au début du XVIIe sous le règne d’un gros jaloux, le duc d’Avaujour. Au XVIIIe les Rohan vendent tout le mobilier, en 1793 les Français incendient le château, tout grille y compris le patelin. Triste siècle pour Clisson, le vieux donjon du XIVe s’effondre à moitié sur lui-même un soir de noël de la mi XVIIIe, une chance pour ses occupants installés dévotement au frais pour une messe dans la chapelle.
Vous trouverez dans la cour principale un puits garni d’une plaque qui relate une histoire dont le public se repaît. En 1794, une famille est massacrée et précipitée par dessus la margelle, ensuite les mecs, une colonne de vendéens assoiffés de sang, le comblèrent de gravas. En 1961, des fouilles corroborant la légende permirent effectivement d’exhumer des os et des sabots. La visite est une promenade où l’on passe d’un espace à un autre par un pont ou par le franchissement d’une enceinte. Les murs se succèdent, parfaitement restaurés et consolidés certainement un peu trop, enfin les enfants peuvent y jouer à cache-cache tranquillement. La ville de Clisson présente d’autres intérêts, le bourg médiéval au pied du site s’étale sur le cours de la Sèvre Nantaise, se prêtant aux balades sentimentales. L’amateur éclairé d’architecture éclectique ne manquera pas de trouver un caractère italianisant au bourg, l’explication est due à l’installation d’une star de la sculpture académique au tout début du XIXe. Lemot et les frères Cacault investissent une colline en face du château, un parc que ne renierait pas Hubert Robert. Parsemés dans les bois et sur l’éminence, des édicules genre fabriques égaient le promeneur solitaire ou convient les acteurs du week end sentimental à des échanges au pied d’un chêne séculaire ou autres temples d’amour. Dans le plus pur style italien agreste, vous apprécierez une magnifique ferme lombarde, plus loin Lemot s’est fait bâtir une villa patricienne face au château auquel il voue sa vie et sa fortune. Dommage, Clisson perd un peu de son âme depuis que des aménagements néo-médiévaux entachent l’authenticité, à quoi servent ces imitations de pavés anciens et bordures de trottoirs en béton, ne valait-il pas mieux laisser l’asphalte… ? Et si Lemot s’était vu interdire la construction de ses bizarreries italiennes ? Aller directement à la pizzeria pour parfaire le tableau sentimental. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s