Surgères 2005 France (Charente Maritime)

Chateau de surgères

L'église Notre Dame

Au centre d’une petite ville calme, avec son marché le samedi et le mercredi matin. Le dimanche après midi, quand le temps est maussade les familles y poussent landaus et poussettes. Hormis l’enceinte, il ne subsiste pas grand’chose, heureusement elle a plutôt belle allure avec les restes bricolés de ses tours. Première surprise, la grosse tour à l’horloge semble avoir été retournée, difficile d’expliquer ce mur rectiligne qui ferme la tour… du côté extérieur, quand elle est circulaire à l’intérieur. Restauration et reconstruction au plus simple ? Le château a subi de lourdes démolitions lors des guerres de religion. Après la chute de La Rochelle, Richelieu démantèle le site. Viennent l’oubli révolutionnaire et la mutation du patelin qui passe de l’ère féodale au productivisme industriel, puis agricole en décadence maintenant.
Les premières traces d’un château sont datées du Xe : une motte féodale artificielle au bord d’un ruisseau, édifiée par les comtes de Poitiers. Le village prend forme autour du site et de l’ église Saint Pierre, au XIIIe le bourg se développera à l’une des portes du village, ce qui justifie la position excentrée actuelle du château. Du Xe au XIIe siècle les comtes exercent leur pouvoir via des hommes de mains. Le premier d’entre eux s’appelle Guillaume, ses descendants s’arrangent pour conserver la châtellenie. Lorsque la Saintonge passe sous le contrôle des Plantagenêts avec le mariage d’Henri et d’Aliénor, Hugues de Surgères devient le seigneur en titre. Riche époque, c’est à ce moment que les remparts sont élevés, ainsi que la superbe église romane Notre Dame qui se trouve dans l’enceinte. Des vestiges du passé médiéval de Surgères, ce bâtiment est vraiment le plus attirant avec le régulier faisceau d’arcatures et de colonnes de l’apaisante façade romane. Au-dessus du transept la tour lanterne polygonale trapue, colabore aussi à l’époque, avec un rendu élégant et léger rythmé par ses 16 hautes lancettes encadrées de colonnettes. Attention, Viollet-le Duc est passé par là. L’ensemble est bien sûr parfaitement restauré et régulièrement nettoyé, le charme opère en fin de journée lorsque tout s’embrase sous les derniers rayons. En sortant vous ne manquerez pas d’admirer l’austérité du châtelet d’entrée avec les saillies des abattants de son pont-levis, dormant depuis longtemps. Immense avantage, vous pourrez stationner votre véhicule aux pieds des murs, un immense parking de supermarché vous attend. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s