Ventadour 1997 France (Corrèze)

Château de Ventadour

A 6 km du centre d’Egleton, à plus de 560 m d’altitude, une grande enceinte qui s’allonge sur plus de 150 m. Bien qu’elle soit effondrée en divers endroits, l’intégralité est encore parfaitement perceptible. Lors de ma visite, un chantier était en cours, la pierre blanchissait, renseignement pris, cela dure depuis 1965, à l’initiative d’un local qui parvient à mobiliser des volontaires chaque été. Le site est assez dépouillé, il est surtout très ruiné. Depuis la fin du  XVIIIe il a longtemps servi de carrière, notamment pour la construction d’un pont. Le plus spectaculaire est la grosse tour ronde du XIIIe qui servait de donjon. Contemporaine, l’enceinte possède deux entrées : celle par laquelle nous pénétrons aujourd’hui est récente, elle permet le passage de voitures, plus intrigante la poterne primitive située à l’ouest, étroite et défendue par une chicane en souricière, elle ouvre sur un abrupt. Sa redécouverte lors de fouilles date de 30 années. Cette campagne permit également l’exhumation des murs d’une chapelle qui devait révéler la tombe vide du routier Geoffroy Tête-Noire. Ses exactions dans la région, pendant une quinzaine d’années, ne le l’amenèrent pas au paradis, ses adversaires, contrairement à ses dernières volontés, l’enfouirent dans une fosse commune.
L’histoire du second siège que le château ait connu, s’est déroulée en 1394. Au terme d’une année de séquestration les assiégés proposèrent aux Français de leur vendre le château pour 10 000 “romblus”, c’était sans compter la rouerie des neveux de Geoffroy. Dommage pour eux car leur piège fut éventé et toute la bande se fit gauler. Certains furent pendus, d’autres décapités, emmenés à Paris les chefs eurent droit à des raffinements tels que dans l’ordre : écartèlement, décollation et exposition de morceaux choisis aux portes de la capitale.
Dans la cour, vous pourrez admirer également un haut pan de mur. Vestiges d’une grande tour logis du XVe qui s’élevait sur trois étages et accolée à une autre construction datée de 1445, elles formaient un ensemble seigneurial. Des éléments sculpturaux trouvés dans les décombres dénotent d’un certain luxe, au regard de l’austérité des fortifications du XIIIe. De la première campagne d’édification du XIe, il paraît difficile d’attribuer des éléments visibles aujourd’hui, pourtant ce premier château a repoussé les assauts de Richard Cœur de Lion. R.C

Advertisements
Cet article, publié dans France, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s