Boulbon 1996 France (Lubéron)

Château de Boulbon

Entre Avignon et Tarascon, dans le massif de la Montagnette, adossé à la falaise et plantée sur un beau roc, le fort domine la plaine du Rhône. Impressionnante, cette parfaite couronne de corbeaux ornementés qui ceint toute la courtine. Les mâchicoulis qu’ils supportaient ont disparu, il subsiste toutefois par endroit des jambages décorés d’un élégant motif trilobé. Ca sent un peu le décorum, ils illustrent la fin de ce système de défense, les armes à feu deviennent efficaces au début du XVe. Néanmoins, dans la logique du système défensif de Boulbon ils ont pleinement leur fonction car la muraille est totalement dépourvue d’ouverture, tout s’effectuait par le couronnement.
Jusque dans les années soixante-dix, le site semblait parfaitement oublié et ouvert à tous les vents. Depuis, il a bénéficié d’une campagne de nettoyage correspondant à l’engouement du monde entier pour le Lubéron. Hélas le site demeure inaccessible pour cause de chute de pierres… Je me souviens des abords très soignés aux pieds du château, le village rutile de jolis massifs floraux propre à séduire les touristes dans leur quête du beau, entre deux boutiques de meubles provençaux et un antiquaire. Piètre compensation, si l’extérieur du site est séduisant, l’intérieur de l’enceinte médiévale ne recèle pas de trésor archéologique, la cour est vide et la roche à nu.
Sur les terrasses intermédiaires vous ne manquerez pas de vous interroger sur la présence d’un ensemble de murs et de bâtiments ruinés. La famille Raousset bénéficiaire des lieux, récupère un site militaire devenu désuet où plane encore l’ombre du fameux Raimond de Turenne qui rançonna la Provence entre 1390 et 99. Au tout début du XVIIe, elle décide d’investir les bases du rocher en construisant une résidence luxueuse, une habitation de quatre niveaux avec de nombreuses dépendances, des jardins en terrasse, et un grand bassin alimenté par des sources captées sur le plateau au-dessus, les aménagements occupent tout le siècle. Pas de certitude pour les constructions antérieures, l’occupation au XIIIe est attestée, la tour carrée en serait un vestige avec peut-être l’enceinte, sans son couronnement. L’agrémentation appartient au début du XVe, juste après l’épisode mouvementé des Turenne, lorsque la Provence entre dans le domaine royal. La ruine et l’abandon date de l’époque révolutionnaire, l’état de ruine est avéré en 1820. R.C.

Advertisements
Cet article, publié dans France, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s