Maulnes 2006 France (Yonne)

maulnes

maulnes-1

Maulnes sur une côte du Tonnerois revient de loin. Laissé pour mort à la fin du XIXe, une photo du milieu du XXe le montre dans un état de délabrement avancé. Toitures effondrées, lierre obturant les ouvertures, le parc et ses abords envahis de ronces et broussailles, un régal s’il n’était pas tombé entre les pattes du conseil général de l’Yonne, qui entend le restaurer. Aujourd’hui, tout accès est impossible grillage et barbelés empêchent même d’en faire le tour, une vraie misère, qu’avons nous fait pour mériter cela.
En attendant la remise en état totale pour que des hordes de visiteurs foulent ses sols en terre cuite du coin, empruntent le bel escalier central, déambulent dans ses pièces nues austères toujours inachevées et ressortent frustrées de ne pas en avoir plein les yeux d’un faste entendu, convenu et attendu. Maulnes est une maison très moderne, son plan, sa rationalité, son ornementation appartiennent déjà à l’époque classique.
Maulnes fut construit à la fin du XVIe, en pleine guerre de religion, pour un couple de vieux excentriques cathos et libertins, le duc et la duchesse d’Uzès. Il meurt en 1573, Louise a déjà plus de 70 ans, ils auront vécu trois années dans leur château, elle n’y revient pas et finit par mourir en 96. Souvenir cruel ou trop froid, inachevé ou désolé au milieu des forêts, certainement fauchée. Tant que le duc était là les constructions allaient bon train, le bâtiment est sorti de terre en quatre ans. Les travaux démarrent en 1566 mais il y avait déjà quelque chose auparavant, la forêt fort giboyeuse attirait les nobliaux depuis le IXe siècle. Aucun nom d’architecte, l’influence italienne est présente, Ancy-le-Franc n’est pas loin, œuvre de Serlio, il appartient au grand frère de Louise. Impossible qu’il n’y est pas eu d’inspiration d’autant que Serlio fut l’élève de Peruzzi bâtisseur de Caprarola, près de Rome, un château également au plan pentagonal.
A Maulnes, chaque angle possède une tourelle qui masque les faces adjacentes ce qui donne l’impression d’un quadrilatère. L’ensemble est couronné d’un lanterneau entouré d’une coursive qui faisait office de mirador offrant la vue sur la forêt voisine et ses bêtes rôdantes. Déjà évoqué, l’escalier centré autour d’un puits est porté par des colonnes doriques, son éclairage provient des pièces qu’il dessert et du lanterneau.
Dehors, une galerie couverte menait aux communs, une enceinte quadrilatérale et des jardins à la française ornaient le parc, aujourd’hui tout à disparu ou presque. Tu peux arriver à Maulnes par trois chemins, le Nord Ouest, l’Est, depuis le Sud la route plonge puis remonte vers le château, en arrivant sur le plateau il disparaît, l’endroit est lugubre. Il subsiste là-haut, en plein vent, de vastes bâtiments agricoles en friche, un manoir fin XVIIIe, une ou deux fermettes proprettes sur le chemin qui mène au site, à gauche. La route du Nord-Ouest que j’empruntais pour repartir reste sur les crêtes un long moment, pendant lequel j’ai vu la tour de Maulnes devenir minuscule entourée de champs vallonants. R.C.

Aux dernières nouvelles le site serait ouvert le week end

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s