Findikli Goksun 2008 Turquie (Cilicie)

Lors de mon premier voyage en Cilicie, j’évoquai dans ma quête de Tamrut, la rudesse des lieux de vie. Pauvreté ou saleté pourraient qualifier l’habitat et les conditions de vie du rural turc. Un regard empathique, doublé d’un examen plus approfondi des modes de construction t’acheminent vers une lecture moins paresseuse. Sans nier leur fonctionnalité, la poésie des assemblages de matériaux millénaires à des parpaings de béton est une leçon d’architecture vernaculaire pour les zélateurs de l’habitat traditionnel en occident. Les hameaux des fonds de vallée n’ont pas de route, simplement des chemins de terre qui passent dans les cours de fermes. Sur ces esplanades de boue ou de poussière, dans une monochromie d’ocre foncé émergent des silhouettes pâteuses aux trognes souriantes. Findikli kalesi ? …des secondes, puis ils répètent en cœur kalesi, concertation du groupe, puis ils agitent les bras en nous montrant une direction puis d’autres pour la suite. Nous n’avons jamais compris s’il fallait marcher, rouler, monter directement, emprunter quelques routes en fond de vallée.  Pourtant le pog est là, depuis l’esplanade de boue, il vient de pleuvoir, les ruines ne sont pas visibles, je me demande si les types y sont déjà allés ? Il ne reste que peu de pierres assemblées sur l’éperon, les soubassements de bâtiments autour de l’entrée et un super morceau de carapace en aplomb de la falaise. Disproportionné, il augurait de la taille de la muraille, sa découpe permet d’identifier le pog qui se voit à plus de 10 km à la ronde, Le rocher est isolé et très haut, selon Edwards, la piste d’accès est dangereuse, certainement un sentier introuvable taillé dans la roche avec des marches d’escalier usées et un bout d’escalade pour terminer. Le fort, qui a hérité du nom du village turc le plus proche, était l’un des points de défense arméniens les plus au nord. Avant la plaine de Goksun, il fermait la passe en provenance de Geben, ainsi que celle de Maras plus à l’est. La montagne est lugubre, les fonds de vallée où nous nous sommes perdus exhalent la fraîcheur, tout est boisé sauf les sommets en prairie.Nous n’avons pas démérité, nos infructueux essais par l’ouest, ou par l’est auront durés plusieurs heures jusqu’à la tombée du jour. Le village de Findikhoyak (Findikli) est accessible depuis une bonne piste de terre rouge, vers l’ouest, sur la route de Kadirli, ou plus aisé depuis Goksun par une route plein sud. Ensuite il faut s’enfoncer dans une vallée, éviter celle qui semble mener au pied de la falaise vers le sud-ouest, elle parvient au fameux hameau où nous nous sommes arrêtés. A proximité, une autre piste sur le versant Est pourrait s’avérer plus praticable mais elle te fait changer de vallée. Position appro. : lat. 37° 54 N, long. 36° 26 E  R.C.

Advertisements
Cet article, publié dans la Cilicie, Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s