Hasambeyli 2008 Turquie (Cilicie)

Allez directement vous tapez la cloche dans un petit caboulot au centre du bourg. Dégustez tranquillement votre brochette de plus ou moins jeune mouton avec une salade d’oignons frais, l’ensemble accompagné d’un peu de pain chaud dont vous ne pouvez vous rassasier, tant sa texture moelleusement élastique est jouissive. Il ne manque que le verre de Tavel, cruelle culture. Sous les tonnelles, installés sur des chaises multicolores en métal, les types sommeillent ou glosent sur la présence de deux touristes attablés à l’intérieur. Vous allez vite oublier le pan de mur sur la colline qui longe la rue principale, en revanche vous n’effacerez pas le contraste des boutiques répandant leur couleur sur le trottoir et gardant une sombre fraîcheur dans leur antre. Hasambeyli, une petite ville qui s’étire d’un fond de vallée sur un plateau céréalier à 800 m, Toute l’activité économique de la région est concentrée là depuis longtemps. L’étape est ancienne et convoitée, dès 1298 la route qui mène en Syrie ou à Antioche n’est déjà plus contrôlée par les Arméniens. Aujourd’hui, il s’agit toujours du plus court chemin vers Gaziantep depuis Osmanye via Cardak, gardé par le puissant fort de Savranda, à 10 km vers l’ouest. Ce dernier a vu passer dans un sens ou dans l’autre tous les protagonistes des XIe au XIVe siècle : Byzantins, Grecs, Mamlouks, Francs, Arméniens et peut être Mongols. Dernière étape avant la montagne, puis la descente vers la jonction avec la route côtière, à Fevzipasa. La construction du fortin d’Hasambeyli aurait pu être accordée aux Croisés, tout comme celle de Karafrenk. Pas d’histoire connue, chiches ruines, seul un mur sur deux niveaux percé de deux archères, pas de traces de soubassement. Le grossier appareil évoque celui du mur du bastion d’Amuda  L’enceinte devait épouser la forme de l’éperon, aujourd’hui elle est cernée de fermes, sacrifiée à la technologie de « pointe », son accès est rendu impossible par l’implantation d’un relais hertzien. Chaussez des bottes, il faut traverser une basse-cour repoussante pour arriver à la clôture, l’approche du site s’effectue en voiture et les vestiges sont visibles depuis la rue en contrebas. Position : lat. 37° 07 744 N, long. 36° 33 371 E. R.C

Advertisements
Cet article, publié dans la Cilicie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s