Dio et Valquière 2008 France (Hérault)

Légèrement à l’écart de voies stratégiques, sur sa colline en avant d’un vallon isolé, l’imposant château de Dio subit une restauration de grande envergure. Si son aspect d’aujourd’hui donne encore l’apparence d’une ruine, la situation risque d’évoluer rapidement dans les prochaines années. Tout est prêt pour une occupation touristique high tech, Les masures « noirâtres » comme se plaisait à les décrire un chroniqueur, vont se muer en des mignardes reproductions d’un habitat médiéval idéalisé. Retour au XIIe, lorsque les premières superstructures de ce que nous voyons encore sont élevées, la place forte contrôlait deux axes. Est-Ouest, la route du col de Merquière, au vieux pont de Boussagues sur  la vallée de l’Orb, et l’axe Nord-Sud, du Larzac à la plaine de l’Hérault. Au fil des siècles, la construction n’a cessé d’évoluer, s’inspirant des modes architecturales. 988 première citation, il s’agit plutôt d’une demeure patricienne, du XIIe au XIVe élévation de l’enceinte, les Boussagues seigneurs de plusieurs localités voisines acquièrent la châtellenie. Progressivement, ils vont se désintéresser de la place, survient l’abandon avec un état de ruine temporaire. Au XVIe, les Fleury récupèrent le bien par alliance et entament une vaste entreprise de modernisation façon Renaissance. Le château est vidé de ses bâtiments, seule l’enceinte subsiste, les nouveaux aménagements entraînent l’occultation des ouvertures, heureusement des stigmates demeurent sur les courtines. L’austérité militaire et défensive est égayée par la greffe d’appendices paramilitaires, mais l’imposante masse de pierre perdure. Dans la petite cour, le logis en équerre s’appuie sur les côtés Nord-Est et Nord-Ouest, au XVIIe, sacrifiant à la mode « classique » les façades se parent de belles et grandes fenêtres à meneaux. Au jeu des modénatures, la porte est surmontée d’un fronton triangulaire interrompu et encadrée de jambages en pilastre. Actuellement, seul l’extérieur se visite, le tour de l’enceinte est facilement praticable. Sur la courtine Nord-ouest, en son milieu, un ouvrage en saillie faisait assommoir et protégeait l’accès principal obturé au XVIe. Sur le couronnement, l’apport d’un rang de mâchicoulis fait plus figure d’ornement. Ajoutée également, la galerie supplémentaire communique avec le troisième niveau du nouveau logis intérieur. Les échauguettes d’apparat à chaque angle sont purement décoratives et sont datées du XVIIe.  Sur le côté Sud-Ouest, les deux fenêtres superposées correspondent à la terminaison de l’une des ailes de l’habitation, à côté plusieurs vestiges d’ouvertures murées dont une baie géminée romane ornée d’un chapiteau sur colonne sont contemporaines de la première phase de l’édification. En dessous, en appui sur le rocher se trouvait une porte couverte par un bel assemblage de voussoirs en plein cintre, actuellement il ne reste plus qu’une seule ouverture taillée dans la roche, une bretèche la surplombait. Au sud-est, la face la plus exposée est devenue principale au XVIe, une porte d’accès à la cour a été ménagée dans la courtine, percée de nombreuses archères elles défendaient cette partie reliant l’éperon à la colline. Sur le reste de la muraille le système de défense se faisait essentiellement par le couronnement. Les Fleury conservent la propriété jusqu’au XIXe, la ruine était déjà engagée, faute d’entretien, des pierres sont prélevées. Une première tentative de restauration est entamée dans le courant des années soixante-dix, laissée sans suite, les travaux entrepris au XXIe mèneront sans doute à une totale remise en état, mais oubliée la ruine pittoresque et romantique. R. C.

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s