Châteaudouble 2008 France (var)

chateaudouble

La-garde-Chateaudouble

Ecrin de verdure, nid d’aigle, bijou provençal, niché, etc… Les offices de tourisme ne sont pas avares en poncifs lors de l’hagiographie de leurs sites. Reconnaissons que de toutes parts, le point de vue est agréable : depuis la route de la vallée du Nartuby, puis en gravissant les 150 m de dénivelé qui mènent au plateau, ou bien depuis le couronnement, perché sur les restes des fortifications. A Châteaudouble, évidemment deux châteaux protégeaient le village, en montant à droite vers les restes les plus attractifs, vous parviendrez à une tour et au cimetière. A gauche, vers la porte Sainte Anne qui s’ouvre sur les étendues agraires, les ruines sont moins attrayantes, quelques moignons de mur accrochés à des blocs rocheux. Depuis un vestige de tour, transformé en observatoire/point de vue, le panorama est complet ; surplomb du bourg et vision stratégique susceptible de prévenir toute incursion par le plateau. Le village, aux couleurs provençales, est installé à mi pente et culmine à 500m. La déambulation montante vers la crête révèle un habitat typique, ruelles, calades, terrasses, belles maisons aux frontons historiés (Rose Croix, Templiers), qui ravissent la vedette aux ruines. Tout à fait récemment, la tour du cimetière, a été reconstruite, c’est un petit ouvrage d’environ 10 m de haut sur une base carrée, l’accès s’effectuait au premier étage, aujourd’hui, elle est évidemment fermée au public. La basse cour prenait place sur le cimetière actuel, une enceinte surplombait un fossé creusé dans le rocher, plusieurs tours devaient flanquer la muraille. Il en subsiste une, complètement engoncée dans un taillis, tu y accèdes par une terrasse contiguë au cimetière. Au centre de ce plan se trouve toujours une citerne taillée dans le roc, son accès est protégé. A Châteaudouble l’histoire se mêle à celle de La Garde, un autre fort perché sur une falaise voisine, de l’autre côté de la vallée. Depuis la terrasse du cimetière, avec une bonne paire de jumelles, des vestiges de murs percés d’ouvertures sont parfaitement visibles. Au XIIIe, la châtellenie englobe toute la vallée, puis au début du XIVe, elle fait partie pendant un court laps de temps des possessions du comte de Provence, au milieu du siècle La Garde est cédé aux Villeneuve qui le désertent avant 1438. Il sera finalement démoli par les royalistes pendant les Guerres de Religion, à l’extrême fin du XVIe. Depuis Châteaudouble, il faut redescendre dans la vallée en remontant vers le nord, en direction du bourg de Figanières, rapidement un chemin ascensionnel s’engage sur la droite, hélas l’accès est privé, le site est inclus dans vaste domaine boisé et viticole. Il est toutefois possible d’obtenir des informations au caveau de dégustation situé dans un lacet, en contrebas de la route. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s