Château Larcher 2007 France (Vienne)

chateau-larcher-1

chateau-larcher

Peu de publicité autour d’un site propice à l’apaisement et à la contemplative désuétude de la France tranquille. Quelques ruines dominent à peine le bourg, l’affaire prend enfin de l’ampleur face aux deux énormes tours qui encadrent un porche. Gazon impeccable, enduits et parements itou, enserrée dans une autre tour à côté, l’église semble avoir bénéficié des mêmes largesses, un bel ensemble d’une grise austérité. Par-delà le porche, le décor se mue en un large enchevêtrement de ruines recouvertes de végétation. Veinardes habitations qui, adossées aux courtines, possèdent d’agréables jardinets ou potagers ouvert sur ce panorama, du bucolique  à l’état pur. La forteresse s’étend sur un rocher selon un axe Nord-Sud, le côté Ouest, vers le village actuel, possédait cinq tours plutôt massives. La face Est surplombe un vallon comblé de prairies et de vergers. Sur le bord Sud, un large fossé a été creusé afin d’isoler l’éperon, la tour de l’église, sert de repère, il suffit de descendre dans les douves de les emprunter pour se rendre à l’évidence, la place est d’importance, 50 de large sur 200 mètres de long. Enfin, au nord une grosse tour domine de plus 30 m le moulin alimenté par la Clouère. A l’intérieur de l’enceinte, le fort se divisait en deux parties, au nord le donjon cerné de constructions. L’ensemble se trouvait isolé par un profond fossé, relié sans doute par un pont-levis aux communs et à la basse-cour, les douves auraient été en eau. La ruine et la démolition, entamées pendant la révolution, se sont prolongées pendant tout le XIXe, chacun allant se servir contre un peu de monnaie reversée aux multiples propriétaires qui, une fois n’est pas coutume, s’enrichirent avec un château. A partir de 1870, le château devient la propriété d’un amateur éclairé, Boutillier du Retail, ce dernier entreprend des travaux de consolidation, il met fin à la carrière de pierres. L’attribution des espaces est rendue difficile par le peu de constructions debout aujourd’hui. Disparue, sur le côté Est, une vaste salle des gardes, elle a subi un démontage en règle vers 1810. Depuis la fin du XVIIe la forteresse n’était plus entretenue, abritant seulement des familles qui la convertissent en un espace agricole. La place a vécu ses riches heures du XIVe au XVIe, avec des assauts Anglais puis Français pendant la Guerre de Cent ans. Reconstruction avec adaptation au tir des armes à feu, nouveau pillage avec gros incendie pendant les Guerres de Religion, vient la période des Rochechouart qui restaurent et habitent jusqu’au milieu du XVIIe. 150 années d’oubli et de désintérêt auront raison du bon état, les révolutionnaires amorcent la démolition. En sortant du château passez au cimetière pour admirer la lanterne des morts. R.C

Advertisements
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s