Lusignan 2007 France (Vienne)

lusignan

lusignan-1

Un nom évocateur qui nous plonge dans les mythes fondateurs de l’histoire du moyen âge. Contrée de la fée Mélusine et surtout d’une grande famille qui émerge peu après l’an mil, avant de s’illustrer en Palestine du XII au XIVe siècles. Lorsque Hugues VIII part en orient, en 1163, il n’en revient pas, mais il fonde une dynastie qui règnera sur Chypre et le royaume de Petite Arménie. Ses fils Gui et Amauri se succèdent en 1194 à la tête de Chypre. Leur emprise s’étend sur Jérusalem, ville sur laquelle Amauri règne jusqu’en 1205. L’épisode arménien survient à l’occasion d’un mariage entre l’un des descendants, Amauri II (1272 – 1310) et Zabel d’Arménie fille de Léon II roi de Petite Arménie. Leur fils Gui devient le premier roi latin d’Arménie sous le nom de Constantin III. Le dernier régnant, Léon, baptisé Léon VI n’occupe le trône qu’une seule année, jusqu’en 1375 date de la chute de Sis (Kozan) capitale du royaume de Petite Arménie ou de Cilicie. Capturé par les Turcs, retenu pendant 7 années, après sa libération il retrouve une fonction d’ambassadeur de France en Angleterre. Il décède tranquillement à Paris en 1393. Fin de la dynastie orientale. Implanté sur un fin promontoire cerné de falaises, le château fondé au XIe par Hugues a presque disparu aujourd’hui. Le panorama, depuis les voies de circulation sur la colline d’en face, est d’un bucolisme convenu : le village suspendu sur un éperon, à ses pieds coule un cours d’eau paresseux, un viaduc ferroviaire enjambe la vallée. Image figée, comme les maigres ruines de l’une des plus puissantes forteresses de France au XIIe. L’inventaire est rapide, toutes les superstructures ont disparu où ont été noyées dans des constructions au XIXe. Seules les infrastructures, murs de soutènement adossés à la falaise, témoignent toujours ; une tour escalier engagée dans la paroi et éclairée par des archères mène à la terrasse supérieure. A proximité, un départ de couloir souterrain muré, ça et là quelques beaux pans de mur subsistent. La ville était entièrement ceinte, le château terminait l’éperon, des vestiges se retrouvent en sous-sol des habitations. Les riches heures de Lusignan se répartissent entre les XII et XIIIe, au début des années 1300 le domaine passe dans le giron royal, des aménagements importants sont entrepris à la fin de ce siècle jusqu’au milieu du suivant. Les Guerres de Religion animent la région, sous le règne de Charles IX Lusignan est démantelé, s’entame la ruine avec transformation en carrière, fin de l’agonie au XIXe. Les restes sont rasés et le plateau devient une promenade/esplanade déserte. R.C

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s