Greifenstein 2009 France (Alsace)

greifenstein-ruine

grefenstein-1-ruine

Le quartier est propice, pas moins de 4 châteaux défendent Saverne, Le Haut Barr, les petit et grand Geroldseck, et le Greifenstein. Tous juchés sur des pains de grès émergeants de ballons boisés. Si la forêt recouvre aujourd’hui toutes les hauteurs du massif vosgien, il n’en était pas ainsi au moyen âge, les gravures et croquis du XVe montrent des forts parfaitement à découvert sur leur barre rocheuse. L’histoire du Greifenstein nous conte la vie d’une petite seigneurie qui passe de mains en mains, avec ses rapports de suzeraineté délicats et ses fins de mois difficiles. Les Greifenstein, au milieu du XIIe, sont à l’origine de la construction du premier château : une grosse tour à l’aplomb d’un éperon barré par un profond fossé de plus de 10 m élargi à la pioche. Pour investir l’endroit, Merboto reçoit l’autorisation de la part de l’évêque de Strasbourg. Au XIIIe les Greifenstein cherchent l’appui des Ochenstein qui rendent eux aussi hommage à l’évêque. A la fin du XIVe, nouvelles difficultés, de nouvelles alliances sont concluent auprès de deux familles voisines, les Lutzelbourg et les Widsperg. Pendant cette période le rocher est partitionné, de nouvelles constructions complètent l’occupation bâtie de l’éperon. Dans la première moitié du XVe les châteaux sont à nouveau engagés auprès de trois seigneurs locaux, toujours des problèmes financiers ! La lignée familiale originelle s’éteint en 1457, l’évêque recouvre son bien, qu’il cède à son frère. Ce dernier se fâche avec l’Electeur Palatin et l’histoire se termine par la prise, puis l’occupation du lieu en 1470. L’évêque retrouve à nouveau son bien. Quatre années plus tard, un Hohenbourg en indélicatesse avec la famille s’y installe, rapidement il sera enfermé au Haut Barr. Au début du XVIe, un état des lieux consigne l’absence d’entretien du château, en 1640 il n’échappe pas aux déprédations provoquées par la Guerre de Trente ans. Un peu de pillage, puis Turenne le fait démolir en 1674, la carrière est ouverte.Lorsque vous serez sur le site, vous allez vous apercevoir que trois tours dominent quelques pauvres restes. A l’ouest, le vieux château et son gros donjon roman de 13 m de côté. Habillé d’un bel appareil de pierres à bossage, il n’en subsiste qu’à peine deux mètres au-dessus du soubassement, un moignon d’embrasure de tir élargie atteste d’un aménagement, concomitant aux autres superstructures du Greifenstein, pour le tir avec des armes à feu. A ses pieds, enfouies dans les éboulis et la végétation vous remarquerez des arcatures, vestiges d’une enceinte.  La fluette tour centrale appartenait également au périmètre du premier fort, aujourd’hui reconstruite, elle permet depuis son couronnement de comprendre la topographie des lieux. Sa construction est proche, voire contemporaine de celle du fort Est, dernière moitié du XIIIe et début XIVe. Sa fonction immédiate est celle d’une tour de guet, l’exiguïté de l’intérieur n’envisage pas de logement. Par ailleurs, son implantation, au plus proche du fossé qui sépare les deux éperons, pourrait lui conférer une  position d’avant poste, face au donjon oriental. L’étroitesse de l’espace dévolu au château neuf est compensée par une distribution en terrasses, trois niveaux s’étagent depuis la pointe Est. Au pied du rocher, une basse-cour avec un accès sur la face Nord, à mi-hauteur des braies sont défendues par des murs percés de petites bouches à feu. A ce niveau, la plateforme supérieure était accessible par une rampe taillée dans le rocher, un ouvrage vraisemblablement en bois la reliait à la basse-cour, la porte en arc brisée était défendue par une herse. De section carrée, le donjon oriental inaccessible aujourd’hui, se termine bizarrement par un pan coupé. Un pont dormant relie les deux châteaux, son édification semble postérieure à celles des autres bâtiments, une preuve que l’antagonisme régnant n’a peut-être pas sévi au delà du XVe. Le site culmine à 370 m, depuis Saverne, direction Lutzelbourg, traverser la voie ferrée, emprunter un sentier du Club Vosgien pendant 25 mn.

Publicités
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s