Schwartzenbourg 2009 France (Alsace)

ruine-Schwartzenbourg-2-R.-Crozat 

ruine-Schwartzenbourg-R.-Crozat

Une ruine en ruine en Alsace ! Voici l’un des seuls châteaux du Haut Rhin qui n’a subit aucune restauration depuis le début du XXe siècle. Un terrain d’aventure pour les enfants de Munster, où les ados se retrouvent pour fumer là leur premier pétard et boire quelques bières. Vous serez surpris de trouver un bunker dans l’enceinte, sa contribution au plombage de l’ambiance est patente, remercions ce bloc de béton, aujourd’hui il consolide une partie des ruines. L’ouvrage est allemand et date de la première guerre mondiale. La construction du château est avérée vers 1261, à cette époque l’empereur et l’évêque de Strasbourg se bagarrent, il faut occuper le terrain et le défendre. Schwartzenbourg répond à la position proche du rocher du Schrankenfels, au dessus de Soulzbach. L’évêque autorise à l’abbaye de Munster l’établissement d’un fort sur ce mamelon isolé d’une éminence nettement avancée dans la vallée. Un verrou plutôt convoité et entretenu jusqu’à la Guerre de Trente ans : rapidement il passe aux mains de l’évêché de Bâle qui récupère la vallée, peu avant la moitié du XIVe les courtines sont rehaussées avec l’établissement de braies comportant des archères. Du début XVe, jusqu’en 1530 il demeure dans la famille Beger de Geispolsheim, à la fin du siècle, il est au faite de sa somptuosité mais ne recevra plus aucun entretien. En 1605, la construction est déclarée en mauvais état, 30 années plus tard, lors de la Guerre de Trente ans, une garnison française s’y installe. En 1646 il est réputé inhabitable, la destruction survient vers 1678, le pillage se déroulera après la révolution. Aujourd’hui, le promontoire est en pleine forêt sans aucun entretien, depuis le pied de la butte les murailles sont invisibles, pourtant il subsiste plusieurs beaux pans de mur de l’enceinte. Schwartzenbourg est considéré comme une forteresse « aboutie ». Néanmoins, il est relativement difficile de cerner le plan plutôt carré. Des restes de tours flanquantes encadrent les courtines dont la largeur évoque un mur bouclier. Il est encore possible d’emprunter une partie des vestiges du chemin de ronde. Face à l’éperon, une seconde tour est accolée à la tour d’angle, cet élément de défense sur ce côté plus vulnérable pourrait être le donjon. Dans l’embase de la muraille plusieurs ouvertures ont été refaçonnées en appareil de brique, certainement postérieures à l’édification en blocs de schiste. Le fossé est large, de lourds blocs de maçonnerie provenant de tours et de murs l’encombrent, une première enceinte est évoquée mais ses traces ne sautent pas aux yeux.
L’accès est assez simple, depuis l’entrée de Munster prendre une route à gauche, passer sous la voie ferrée, la longer en passant devant une citée d’habitation (Badishhof), jusqu’à l’étang du Schlossberg, ensuite un sentier balisé t’y emmène en 30 mn. R.C

Advertisements
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s