Adilcefaz 2012 Turquie (Vangolu)

Adilcefaz-ruine-R.Crozat

Adilcefaz-1-Ruines-R.Crozat

Le paysage de la Turquie moderne n’est pas avare de châteaux en ruine. Territoire traversé, envahi, morcelé, qui a accueilli toutes les grands courants religieux, s’enrichit aujourd’hui de vestiges d’une époque douteuse, perchés en des lieux oubliés. Le village d’Adilcevaz, n’est pas perdu, il s’étale sur les rives du lac de Van prétendant au statut de station balnéaire. En venant par le sud, la route surplombe toute la baie, sur une dernière bosse avant de plonger vers la plaine où se répand l’agglomération, les derniers restes de la citadelle pointent de la masse calcaire. La couleur bleue méditerranée de l’étendue d’eau réchauffe une atmosphère de fin d’hiver, neige persistante sur les sommets du Nemrut, vent du nord-est et herbe rase. L’état de ruine semble ancien, des murs de galets sur champ et pointe résistent, mais pas assez pour esquisser un plan ou discerner les bâtiments militaires des habitations privées. Il y en avait environ une petite centaine autour desquelles se comptaient des bâtiments publics, pour le stockage du grain, une poudrière enterrée, des citernes, des tours en fragments aujourd’hui, une mosquée qui garde les plus beaux restes et pour cause… Des autres constructions, seules des arches, quelques amorces de voûtes et des chicots de murailles se souviennent du passé : Byzantin, Seldjoukide et Arménien lorsque la ville s’appelait Ardzgui. Une colonie arménienne y a vécu jusqu’en 1915, bien auparavant les Urartéens avaient investi le rocher, leurs traces se retrouvent surtout à Kefkalesi, un peu plus haut en remontant dans la plaine vers l’ouest. Le lac de Van au IXe avant JC a été le berceau du royaume Urartéen, enflant au VIIIe il s’étend vers l’est et le sud est, de la Géorgie à l’Irak, puis il disparaît au VIe. Aldicevaz se trouverait en avant poste au bord du lac pour la citadelle de Kefkalesi, des blocs taillés recyclés dans la construction portant des marques d’inscriptions cunéiformes le prouvent. Plus à l’est, la citadelle de Van garde dans les vestiges de l’ancienne Tushpa la mémoire d’une architecture soignée qui mêle des blocs cyclopéens à de la brique crue, un modèle dupliqué sur toutes les autres sites fortifiés du royaume. Les vestiges d’Adilcevaz trop abîmés ne révèlent rien. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans la Cilicie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s