Rapan, Araban 2012 Turquie (Euphratèse)

Raban-R.Crozat  

Raban-1-ruines-R.Crozat

Disposition géologique ou construction humaine, les tells, ces petites collines, sont posés sur de vastes étendues parfaitement planes, presque par enchantement. En tout état, très pratique pour y bâtir une citadelle qui domine pour des kilomètres à la ronde de belles plaines irriguées par des affluents de l’Euphrate. Les enjeux sont posés avec une zone vivrière et une frontière naturelle, l’anormalité serait de ne pas se retrouver aux carrefours de luttes, et ce depuis l’antiquité… Il y a bien eu bataille, siège, mouvement de troupes et diplomatie autour de la butte de Rapan. Peu de vestiges peuvent encore en témoigner, le monticule est bien pelé, il culmine à 30 mètres et en compte environ 100 pour chaque côté. Des bribes de murs et de glacis affleurent sur les flancs du tertre, la basilique romaine avec ses salles enterrées rendent la visite plus gratifiante. Comparativement à K’ésoun et Yavuzeli (P’arzman), au nord et au sud, nous avons la sensation de fouler un site remarquable, mais pas tout à fait seuls car un troupeau de chèvres colonise les ruines, sans compter les tags qui égaient les murs de l’édifice. En voyageant dans le proche orient ce mode de dégradation devient tout à fait acceptable car il appartient aux codes d’intégration de véritables ruines dans les schémas urbains ou ruraux. Le bâtiment qui émerge du plateau est une construction en gros moellons dont les parements et les voûtes évoquent un travail de romains, enfin d’esclaves… Sa base a été récemment déblayée, dégageant toutes les entrées, elle atteste du niveau originel du sol, l’intérieur doit sa préservation à son ré-emploi en mosquée.  A côté, deux parties de voûtes en ogive dépassent du remblai, les fouilles ont ouvert d’autres espaces publics contigus aux constructions. La place de Rapan située sur la rivière Araban contrôle aussi l’intersection de la route depuis Ayntab  (Gaziantep) vers le nord (Pehesni) avec celle qui relie Hromgla à Marash, enfin elle fait partie de la ligne défensive qui borde la rive ouest de l’Euphrate. Autant de postes, de villes et de citadelles érigées par les byzantins, qui matérialisent un attachement à cette zone frontière, convoitée par les musulmans, ravagée par un premier séisme en 950, reconstruite reconquise en 962 par les grecs, investie au milieu du XIe par les Arméniens.  Une histoire certaine, car écrite, inclut la ville dans les conquêtes de Philarète, puis dans celle de Gogh Vasil qui la reprend aux Turcs.  Il en en fait sa seconde cité avec K’ésoun à quelques kilomètres vers le nord. Gogh parvient à maintenir son territoire hors des turbulences, les Artoukides et les Francs rôdent. Les affaires se gâtent en 1112 lors d’une énième bagarre arméno-normande, Tancrède s’empare de Rapan avec d’autres places, Vasil réplique. Cette fois le conflit se négocie proprement, chacun repart en libérant les villes. En 1114, la terre tremble à nouveau dans l’Euphratèse, la plupart des cités sont plus ou moins affectées, Marash est entièrement démolie, du côté de l’Euphrate les dégâts sont moins conséquents. Le pouvoir arménien, entre les mains des successeurs de Gogh Vasil depuis deux années vacille, sa femme dans un premier temps, puis son fils (adoptif) se font écarter par les Croisés d’Edesse qui briguaient le terrain depuis leur arrivée. Premier siège en 1115 et prise de la ville en 1116. Retour des musulmans avec les Mamelouks de Nour el Din en 1150, pendant de longues années les Artoukides administrent toute la contrée. Derniers soubresauts lorsque passent les Mongols qui déstabilisent l’équilibre en favorisant un retour momentané des Arméniens. Aujourd’hui, Rapan est un bourg avec des habitations de guingois accrochées au flanc Sud du tell, des enfants en uniforme bleu cavalent, rigolards, dans les rues. R.C

Publicités
Cet article, publié dans la Cilicie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s