Andil 2013 Turquie (Cilicie)

Andil-kale-ruine-R.-Crozat

Andil-kale-ruine-R.-Crozat-2

Le dernier contrefort, avant de s’enfoncer plus profondément dans la montagne. Un infini visuel, depuis les dalles du promontoire l’horizon s’efface dans la plaine de Cilicie. A 15 km au sud-est les immeubles de Kozan scintillent sous la masse sombre de l’éperon de sa citadelle. A l’abri de la barre rocheuse, la progression par le sud-est dure au moins une demie heure, à 1100 m le vent du nord-ouest redouble au passage du col. Bousculé par les bourrasques, il suffit de remonter l’arête vers le sud, encore 50 m. Pas de mur ou de fossé, vous touchez à la bâtisse. Un bloc de 20 m sur 10 avec un appendice arrondi en lieu de tour qui pouvait défendre le front Ouest. La nature du bâtiment interroge, particulièrement dans la fonction de certaines salles ou de leurs aménagements qui ne permettent pas d’attribuer de rôle de précis. Au moins, nous pouvons nous accorder sur l’élévation fortifiée et l’aspect militaire, avec le premier accès à plus de 2,50 m, une absence d’ouvertures même défensives sur ce premier niveau, la taille des blocs et une épaisseur de mur conséquente. Il y avait un étage, très ruiné aujourd’hui, plutôt dévolu à l’habitation avec sept pièces, toutes nantis de fenêtres et couvertes par des voûtes, aucune trace de mode de chauffage. Les hivers sont rigoureux, souvent au printemps ou à l’automne la brume plombe le piémont du Taurus. Le site d’Andil est connu, deux archéologues Français le visitent au XIXe, mais il demeure sans histoire. L’occupation byzantine se confirme par des fragments de sculpture et de pierres gravées qui, selon Edwards sont stockés à l’école du village. De la période arménienne, ce serait des pièces de monnaie et surtout la majeure partie du bâtiment. Edwards distingue plusieurs phases dans la construction, à l’origine un simple bloc, le tiers Nord, extérieurement rien de flagrant, l’examen de son plan révèle des parois plus épaisses sur ce front, mais il s’agit de la partie exposée. Ce mur Nord recèle quelques particularités, hormis des traces de réparation côté Est qui favorisent aujourd’hui la désolidarisation du chainage Nord-est, il s’agit surtout des vestiges de boulins toujours fichés dans leur logement de pierre. Certainement en place depuis plusieurs centaines d’années ! L’usage des trois salles aveugles, ou presque, du soubassement alimente toute l’intrigue d’Andil, certains y voient des citernes avec une réserve de stockage au centre là où se situe la porte, d’autres évoquent des salles funéraires… La seule citerne assurément se trouve dans la tour, aucune ouverture, un seul accès par la voûte à côté d’un reste canalisation en poterie qui descendait l’eau depuis la toiture. Dans le même espace, des pierres descellées sur le mur Ouest laissent deviner un passage entre les parois, bizarrement chaque pièce en possédait un plus ou moins grand, Edwards le mentionne sur son plan en reprenant l’idée de circulations murées lors d’une phase de reconstruction. Il y a eu du bricolage et pas seulement sur le mur Nord, en différents endroits sans justification, des pierres à bossage parfaitement taillées, avec un méplat, se retrouvent insérées dans les murs.  A quelques mètres vers le sud, subsiste toujours le soubassement d’une tour contemporaine de la période arménienne, elle s’aligne dans la continuité du mur Ouest, sans certitude de liaison. Cette partie sud-ouest est très abîmée, ce faisant elle permet d’accéder à l’étage et de pénétrer dans la salle basse. En rejoignant le village, juste au col en dessous du cimetière, une autre construction contemporaine du château sert d’étable. Un gros bloc semi enterré contient deux belles salles voûtées intactes, de belles pierres à bossage marquent les chaînages d’angle. Pour son attribution sociale, il est évoqué une église… à condition qu’il y ait un étage.  Parions que dans quelques siècles le sol des salles rejoindra le sommet des voûtes, augmenté de quelques strates de crottes de biques. R.C

Publicités
Cet article, publié dans la Cilicie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s