Landskron 2009 France (Alsace)

Landskron-chateau-R-Crozat

Landskron-ruine-R-Crozat

Landskron a survécu aux suédois, à la révolution, mais pas à la chute de Napoléon. Régulièrement adapté à l’évolution de la poliorcétique, le site cumule les curiosités de chaque époque, offrant un panorama de l’architecture militaire du XIVe au XVIIIe siècle. Depuis Ferrette, suivez le fléchage, jusqu’à Leymen, image idyllique du Jura Suisse. Vertes prairies, villages à l’urbanisme soigné et fleuri, l’ensemble est agrémenté d’une chenille jaune qui serpente dans la campagne, le tramway N°10 dessert tous les villages à flanc de coteau de Rodersdorf à Bâle. La forteresse se trouve sur une ligne de crête frontalière dominant une petite vallée qui s’ouvre sur celle de Leymen. Il faut franchir la voie ferrée et s’engager 2 ou 3 km jusqu’au hameau de Thannenwald, ensuite il reste 15 mn de marche sur une route. Dans un semblable contexte inutile de gloser sur l’état de la ruine. Une association se donne du mal pour entretenir son trésor. Inconvénient, tout est protégé, très nettoyé, peu charmant, la visite est purement factuelle. Avantage, tout est accessible, même le donjon, les espaces sont parfaitement identifiés, finalement la visite s’avère assez didactique. Cruel paradoxe. Remercions l’association de maintenir le site ouvert à tous. Je vais vous épargner un fastidieux inventaire archéologique de la ruine, toutefois récente, puisqu’elle date de 1814. En 1980, les murs étaient envahis par la végétation, le château était à vendre. Acquis en tant que bien public, les travaux sont gérés par l’association Franco Suisse Pro Landskron, qui regroupe plus de 1000 membres. 1,2 million d’Euros ont été investis en 1988 et 98, principalement dans la restauration du donjon et la consolidation des murailles du logis. Prochaine étape, faire évoluer le lieu vers un site d’animation folklorique…. Vous connaissez mon point de vue sur cette évolution trop souvent caricaturale. Le premier château est tardif, ultime fin du XIIIe, il est ruiné par le tremblement de 1356. Il semble que le donjon ait résisté. Largement remanié au fil du temps, d’une tour d’habitation il devient un support d’artillerie, puis une prison jusqu’à la révolution. Inféodés aux Rötelln, les Munch y règnent jusqu’à leur extinction en 1461. Le fief échoit alors aux Reich, vassaux des Habsbourg qui possèdent la région. Au début du XVIe les relations entre l’empire et les confédérés sont assez tendues, d’autant que la seigneurie voisine de Rotberg dépend de l’évêché de Bâle. L’empereur Maximilien mandate et finance les Reich pour transformer Landskron en une place forte dédiée à l’artillerie. Le donjon s’épaissit, autour s’élèvent les bâtiments que tu peux encore voir aujourd’hui. Le traité de Westphalie, en 1648, donne le Sundgau à la France, Vauban et son équipe interviennent pour restructurer la fortification, ils créent deux bastions sur la face Sud. Le site abrite une garnison de 300 hommes, au XVIIIe il sert également de geôle. L’importance de son casernement lui évite un démantèlement à la Révolution, la troupe est maintenue. La fin est proche, il subit un siège en 1813, les Autrichiens et les Bavarois sortent les Français, le château est pillé par les villageois, puis incendié, il est exploité en carrière Jusqu’en 1857. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s