Birkenfeld 2007 France (Alsace)

ruines-birkenfeld-R-Crozat  
chateau-birkenfeld-R-Crozat

Une ruine au milieu de la forêt, légèrement en contrebas du Mont Sainte Odile, vers le sud-ouest. L’emprise n’est pas grande mais l’ensemble ne manque pas d’allure, tu franchis un portail mignard en passant sous un arc en grès rose solidaire du rocher. La maison forte écrase de ses trois étages toute la basse-cour. Le site a été restauré une première fois en 1869, et plus récemment dans les années 80. La construction est datée du milieu du XIIIe, deux autres périodes transforment la petite forteresse en un beau logis. Début du percement des baies aux alentours de 1375, poursuite dans les premières années du XIVe avec l’enceinte qui englobe la basse-cour. Le plan se résume en deux espaces, un grand quadrilatère : le palais, flanqué d’un donjon aux murs très épais. Placé, évidemment sur le côté exposé, aucun passage ne le relie au logis, une seule ouverture vers l’extérieur, la défense et l’accès s’effectuaient par le couronnement. Aujourd’hui, un percement sauvage dans la paroi Est en permet la visite, imaginez cette tour avec peut être 10 mètres supplémentaires. Les fortifications pouvaient être bien plus élevées que le rendu de notre imaginaire actuel. La face Sud du palais concentre les plus beaux atours du château, rez-de-chaussée défensif avec un rang de grandes archères, et surtout une belle poterne en ogive protégée par une bretèche. Le système d’entrée surélevé, supporté par une embase maçonnée reliée à un plan incliné, rappelle celui de l’Ortembourg contemporain, premier quart du XVe. Aux second et troisième niveaux, la lumière est privilégiée, deux grandes baies gothiques éclairaient les salles de réception, celle du dernier étage a été remontée, ses quatre colonnettes sont parfaitement en place. La face Nord, plus austère et plus exposée, abritait des espaces plus domestiques, l’implantation des latrines en témoigne. Pour chacun des deux emplacements, deux puissants corbeaux maintenaient une structure en bois. Au pied de cette façade, il y aurait eu une autre basse-cour dont il ne subsiste presque pas de vestiges. Les deux campagnes d’édification sont perceptibles, il suffit de comparer la dimension des blocs, leur bossage est également caractéristique, à noter l’épaisseur du liseré d’encadrement, plus large, plus décoratif, pour la seconde période. 1246 ou 1285 ? Première évocation du site, 1289, la construction s’approche plutôt de cette dernière date. Fin du XIIIe, la féodalité recule, l’empereur prend le pouvoir et mandate l’évêque de Strasbourg d’administrer ses biens. Une longue période d’accalmie s’étend sur l’Alsace, le Birkenfeld est considéré comme un fort de position sur la route romaine du Mont Ste Odile au Champ du Feu par la Bruche. Délaissé par ses propriétaires, les Beger, qui lui préfèrent Strasbourg au XIVe, il subit lors de leur retour en montagne vers 1375, un profond réaménagement qui le transforme en une belle résidence. Restauration de la muraille, puis percement des grandes baies et aménagement des basse-cours. Au XVe, plusieurs querelles relatives aux limites de propriétés notamment pour les bois animent le landernau. En replaçant l’économie forestière dans son contexte du moyen âge, il s’agit d’un champ de pétrole ! Ainsi se justifient les chicaneries régulières entre les Beger ou leurs baillis avec la ville d’Obernai. En 1532, la lignée s’éteint, la seigneurie est vendue avec Mundolsheim à l’un des chanceliers de l’empereur, qui reprend le nom du patelin afin de bien matérialiser son statut (aristocratique). Le château est déjà à l’abandon, depuis la fin du XVIe, lorsque surviennent les Suédois. Altitude 680 m. R.C

Publicités
Cet article, publié dans Alsace France, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s