Des Cars 2009 France (Hte Vienne)

 

Ruines Des-cars R. Crozat


Ruines Des-cars 1 R. Crozat

En retrait d’une étendue bitumée où se pose tous les mercredis le « J9 pizzas », il subsiste au milieu du bourg, à côté des services sociaux, des vestiges consolidés et sécurisés sans passion. Certaines se souviendront de l’auteur de romans à succès de l’après-guerre, Guy des Cars, héritier du duché Des Cars dans le sud Limousin. Au XIV siècle, la famille Pérusse s’implante dans le village de Cars sur la Paroisse de Flavignac, elle adjoindra ultérieurement à son patronyme celui du lieu dit. Une lointaine origine italienne leur est prêtée. Il existait au XIIe un prieuré avec une maison forte bâtie par les Flavignac, à leur extinction en 1280, les Barry puis les Pérusse s’installent, tout en continuant de rendre hommage aux Lastours, propriétaires de la châtellenie voisine de Rilhac Lastours. Intermède anglais, pendant la guerre de Cent ans, de 1373 jusqu’à l’arrivée de Duguesclin vers 1430. Le château, comme celui de Lavauguyon, aurait largement souffert de cette libération. L’émancipation des Pérusse et leur succès à la cour de France leur autorisent la reconstruction d’une grande demeure renaissance au début du XVIe. Quelques dizaines d’années plus tard, au milieu des guerres de religion, la place se fortifie à nouveau avec la construction d’un châtelet d’entrée nanti d’une grosse tour d’artillerie, dernier vestige admirable, hélas en réanimation bétonnée. Jusqu’en 1778, au fil des générations les aménagements se poursuivent avec la fortune des dorénavant Pérusse des Cars. L’inventaire de 1793 décrit : cinq pavillons entourés de boulevards sur lesquels s’ouvrent des portes cochères, le jardin était le plus beau de la province. Cinq années plus tard tout est détruit et les pierres dispersées. Des fouilles en cours font apparaître dans le fossé, au pied de la tour d’artillerie, les soubassements de deux tourelles en flanquement de l’ancien châtelet. L’accès et la visite des deux tours est possible, en revanche les caves sont inaccessibles. In fine, il s’en est fallu de peu pour que le bourg arbore fièrement, en son centre ville, un magnifique château ouvert au public tous les week end de Pâques à la Toussaint. Les automobiles rouleraient doucement sur un pavage autoclave devant la noble façade, en lieu et place de mobylettes kitées et pétaradantes, dans son J9 le pizzaïolo proposerait des glaces et des gaufres. R.C

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s