La tour du meix 2010 France (Jura)

la-tour-de-meix-Ruines-R.-Crozat la-tour-du-meix-1-Ruines-R.-Crozat

Route d’Orgelet vers Moirans, Alt 520 m. Un front de mur percé de quelques grandes ouvertures émerge d’une crête boisée, en surplomb du village. A peine 10 mn pour rejoindre la plateforme, l’éperon est barré au nord. Le site fait partie de la ligne de défense, déjà évoquée pour Onoz et Coutterez, qui borde la route pénétrante, menant depuis Genêve vers la Bourgogne. Dès le IXe, le prieuré de Saint Christophe, dont l’actuelle église fait partie, se fortifie. Un ouvrage en bois sur l’éperon s’imagine, à quelques kilomètres, à Largilay une tour sur pilotis dominait la nécropole. Le premier château date du XIIe, l’abbé de Saint Claude en autorise la construction à Aymon de Revigny, mais son fils reniant tout lien de suzeraineté entraîne la région dans une guérilla, achevée par la destruction du château. A cette époque le bâti se situe sur la motte la plus élevée, avec un donjon et un logis accolé. Au milieu du XIIIe, l’abbaye recouvre son bien et le reconstruit. Certainement malmené lors du passage des troupes de Louis XI en 1479, le château est réaménagé. La partie Sud, la plus emblématique aujourd’hui, porte encore les stigmates d’un raffinement dans la maîtrise d’œuvre. L’édifice agrandi par un long corps de logis de 45 m sur 8 s’éleve à plus de 20 m, il sert de résidence aux abbés ainsi qu’à leur sulfureuse suite. Le palais remarquable, ouvre sur la vallée qu’il domine. Il offre aujourd’hui les plus beaux vestiges, parfaitement remaçonnés ils jouissent d’un entretien régulier. Au registre des détails architecturaux marquants, quatre grosses consoles constituées de pierres bouchardées s’avancent sur le vide, elles devaient supporter une galerie et ménager un point de vue exceptionnel. Sur la butte primitive, le vieux donjon et ses dépendances sont submergés de végétation. En effectuant le tour de l’enceinte du côté Est, à travers les buis apparaît un reliquat de muraille, elle protégeait le château d’une prairie en contrebas certainement occupée par des constructions au Moyen-âge. La ruine survient après la guerre de Trente ans, en 1637 le duc de Longueville occupent la Tour du Meix, village, moulin, église et palais sont incendiés. Certaines pièces restent entretenues pour entreposer les revenus de la Dîme durant plusieurs années. R.C.

Publicités
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s