Tece 2005 Turquie (Cilicie)

Tece Turquie Cilicie

Tece Turquie Cilicie

Après Korykos, la tour de Tece au milieu des champs et des plantations de citronniers ne mérite pas un vrai détour. Son implantation en bord de route, à la sortie du village sur une légère éminence, peut la rendre désirable tant elle est facile d’accès. Il ne reste plus que deux murs d’une tour maîtresse cernée d’une petite enceinte. Aujourd’hui, sa vue stratégique sur la mer et la côte est barrée par des immeubles campés le long de la route, derrière la plaine agraire vibre au soleil. Au XIIe la construction devait abriter un baron local et ses ouailles ou quelques caravanes en cas de troubles. Les Croisés y auraient séjourné, peut-être l’avoir possédée alors qu’ils gardaient le bord de mer. De loin la ruine promet, sur place il s’agit de quelque chose de d’assez succinct. En faisant trois fois le tour de près ou de loin afin d’être sûr de n’avoir rien oublié, j’ai remarqué certains détails que je vous livre. Le bâtiment comportait quatre niveaux : un premier voûté en berceau, accessible depuis le plan supérieur, puis un étage principal par lequel se faisait l’accès, un troisième également couvert par un plancher menait à la terrasse, plusieurs marches d’un escalier en pierre sont encore présentes. Le dernier niveau ne devait pas être couvert, la défense s’effectuait par un ouvrage en encorbellement supporté par des corbeaux toujours en place, comme un hourd avec des mâchicoulis. La structure, vraisemblablement en bois suivait le périmètre comme un chemin de ronde, pourquoi pas couvert ! Je ne me souviens pas avoir vu de tels aménagements sur d’autres châteaux de la région. Sur les murs, côté Nord, comment justifier de l’intérêt d’une archère, belle au demeurant avec son étrier, mais à côté de deux baies d’un mètre de large ? Sur le côté Est se trouve la porte, sous laquelle une lucarne éclairait la salle basse, un ouvrage en bois desservait l’accès. Les deux autres murs restent au sol, enfin le remplissage, car les blocs de parement à bossage se sont envolés. Pas d’histoire connue, nous repartons pour Lampron en haute montagne. R.C.

Advertisements
Cet article, publié dans la Cilicie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s