Kis 2005 Turquie (Cilicie)

kis turquie Ciliciekis turquie Cilicie

Une maison sur la colline, à des kilomètres à la ronde par-delà les vallées elle rayonne, pourtant la butte culmine à peine à 550 m. La fin de l’après-midi allait forcément nous gratifier d’un beau coucher de soleil.
Pas d’accès fléché, mais il est aisé, la plaine se ride et la campagne devient placidement vallonnée, depuis la route 750 en direction Cokak, prendre un chemin sur la droite monter dans les pâturages 1/4 h sur la crête, dans une courbe quitter le chemin, terminer à pied 20 mn sur un sentier de chèvres, le château reste toujours en vue. A nouveau peu d’information au sujet de l’occupation des lieux et de sa construction. L’attribution au passé arménien semble acquise par l’implantation dans cette zone géographique de la Cilicie, corroborée par un travail de maçonnerie caractéristique. Un appareil plutôt soigné, souligné par des pierres à bossage, le rythme des ouvertures et leur grande taille, une modénature de corbeaux sur la partie nord, et les proportions du bâtiment qui confèrent de l’harmonie à l’ensemble, voire de la préciosité. A l’écart de toutes routes importantes, il n’illustre pas la mégalomanie d’un chef de canton, modeste par sa taille de 30 m sur 12 de large, élevé sur deux niveaux, ceint d’une enceinte constituée d’un mur continu, sans tour, il ferait dans le genre résidence d’été. Il n’y a pas d’eau sur la colline, hormis un vague puits artésien insuffisant en cas de pénurie. La citerne se trouve sous les trois niveaux du corps sud, son alimentation s’effectue par un dispositif ingénieux. Sur la façade exposée au soleil couchant, à l’aplomb du mur une saignée descend de la toiture en se terminant sur une pierre saillante creusée en rigole, elle pénètre le mur et se mue en déversoir dans la citerne. Il fait bon à l’intérieur de la maison, dommage une odeur âcre flotte à tous les étages. Des siècles de crottes de mouton, forment à présent un tapis moelleux de plusieurs dizaines de centimètres. Les salles ont conservé leur voûte, certains escaliers sont toujours en place, mais il n’y a plus de toiture, l’aménagement dénote un certain standing, je pense reconnaitre une cheminée dans la grande salle du bas de l’aile nord. Sur la face Nord-ouest, au niveau supérieur, deux ouvertures alignées portent de curieux détails, l’une d’elle pouvait ouvrir sur une bretèche supportée par deux corbeaux, éventuellement une latrine, l’autre intrigue un peu plus. Il s’agit d’une baie complète surmontée d’un arc, vraisemblablement une porte, la particularité se trouve à deux rangs en dessous du seuil, dans un appareil de maçonnerie irrégulier, deux pierres semblent s’accorder pour une fonction que j’ignore, l’une parfaitement percée en entonnoir recevait peut-être une pièce de bois en rotation, l’autre simplement creusée pouvait bloquer le mécanisme. Un accès à cette hauteur ne paraît pas rationnel. Il me reste à vous parler de la vue qui, dit simplement, vaut tous les voyages en Cilicie et certainement bien d’autres. La gratification du soleil couchant allait au-delà glissant sur une étoffe légèrement plissée ondoyante comme ce paysage duveteux de blés murs qui retient déjà les ombres. Au milieu, le bleu du plan d’eau en devient même un révélateur, tout commence à s’éteindre les couleurs devenues soyeuses s’estompent avec l’infini dans la brume de la Méditerranée. A nouveau le chant du muézin, les néons clignent en s’allumant, dernier cri, dernier regard pour cet instant. R.C.

Advertisements
Cet article, publié dans la Cilicie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s