Picquigny 2013 France (Somme)

piquigny-ruine-r-crozat picquigny-ruines-r-crozat

Une surprise agréable, tenue à l’écart sans publicité aux portes d’Amiens, à Picquigny les maisons de briques contrastent avec la blancheur du calcaire dont les fortifications se parent. Toute la ville se trouvait ceinte jusqu’à la Somme, sur l’avancée du plateau supérieur le château dominait la cité. Les vues les plus emblématiques surgissent de la route de Neuilly, un gros corps de logis dépasse des champs, fondement d’un ancien donjon érigé peut être au XIe, l’épaisseur sur ce front d’attaque avoisinerait les cinq mètres. Impossible de vérifier, l’accès à l’intérieur des ruines reste fermé. Dommage, il recèle quelques beaux morceaux que je me contente de décrire selon le compte rendu de Monsieur Jean-Pierre Delory. Un état des lieux qui mérite de l’attention, l’abondante information textuelle : des visuels allant de gravures de la fin du XVIIIe, aux cartes postales antérieures aux guerres du XXe. Un reportage photos des années 1970, avant le défrichage et la mise hors gel jusqu’aux derniers relevés, forment un ensemble documentaire de choix. Nous y apprenons que la ruine progresse peu depuis l’abandon du château vers la fin du XVIIIe, que pendant la seconde guerre mondiale, en 1940, certains bâtiments ont souffert, notamment le pavillon Sévigné criblé d’impacts. L’image du château s’élevant sur trois niveaux figure sur un dessin assez réaliste, ultime épreuve d’une grosse demeure d’allure austère encadrée de grosses tours rondes. Les fenêtres, hautes et nombreuses le distancient de l’allure médiévale et défensive, pourtant il garde ses oripeaux fortifiant, avec le châtelet d’entrée, ses tours flanquantes, l’éperon barré et surtout son réseau de murailles pour la partie haute. De l’enceinte de la ville, entretenue jusqu’au XVe je n’ai pas vu de vestiges. La puissance parle depuis le chemin des Rossignols, plombé par la monstrueuse muraille qui écrase les passants, couloir sinistre depuis que la ruine ronge appuyée par des arbustes rampants. La ruelle se finit sous le pont qui l’enjambe avant de s’ouvrir sur le plateau, c’était là le front d’attaque. Picquigny garde le passage de la Somme, aux marches du royaume, la seigneurie étendue, puissante et d’importance domine le Moyen Age. La famille donne des chevaliers Croisés de la première croisade avec Godefroy jusqu’à la septième en compagnie de Louis IX (dit le saint). Plusieurs rois séjournent ici, Louis XI y signe un traité en 1475 avec Edouard IV d’Angleterre, la guerre de Cent ans prend fin sans heurts, ensuite y passent Charles VIII, Henri IV, Richelieu, puis Madame de Sévigné amie de la duchesse. Deux accès libres mènent au plateau, l’escalier St Martin et l’imposante porte du Gard qui détenait encore sa herse jusqu’en 1914. La basse-cour est divisée en trois espaces dont la Baille, un terre-plein occupé en partie par la collégiale, ancienne chapelle du castrum, un vaste jardin au dessus de la ville et la cour fermée du château accessible depuis la baille par une poterne avec un pont-levis. Un autre pont, au dessus de la porte du Gard, ouvrait vers le pavillon Sévigné et permettait d’aller dans le jardin sans franchir de portes. Le logis du château comportait quinze appartements, son plan en L est flanqué de trois tours, une quatrième défend la porte principale, belle et typique avec un arc d’ogive, ses deux ouvertures, pour les chars et les piétons, équipées de ponts-levis. Le contraste saisit le voyageur contemporain, qui parcourt un bourg déjà du Nord à la brique terne, surpris par l’étendue de la richesse et de la puissance passée. Je n’ai pas évoqué les vestiges domestiques sous la ruine.  R.C.

Advertisements
Cet article, publié dans France, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s