Rep Tchèque

Cheb 2001 Rep Tchèque

Publié par ruine sur janvier 25, 2008

Cheb tchéquie

La dernière ville avant la frontière, cité industrieuse. Carrefour par où transitent tous les camionneurs européens, avec ses inévitable corolaires : chaussées grasses et défoncées, banlieues noirâtres à l’éclairage rare, immeubles squattés et putes en rez-de-chaussée, réalisme suintant. La réponse à cet univers noir et blanc à la Franju est une oasis pimpante, comme peuplée de nains rigolards. Façades colorées en jaune, rose, bleu ou vert, maisons baroques aux toits pentus, la Grand’place de la ville ancienne bâtie sur une colline semble bénéficier de toutes les subventions de la CEE. Le burg, à deux pas, n’est pas épargné par cette vague de restauration largement inspirée par l’Allemagne si proche. La grande enceinte en blocs lourds du XIIe qui surplombe l’Eger abrite des constructions romanes, principalement une tour et la chapelle. Du palais roman lifté à l’époque baroque il ne subsiste que des murs avec leurs baies jumelées. La tour pentagonale appelée Tour Noire, car élevée en pierres volcaniques, comporte deux étages surmontés d’un belvédère.
Plus originale, la chapelle, elle n’en a pas l’allure et évoque plutôt une solide maison forte bien trapue avec ses deux étages, une disposition assez rare. Inévitablement, je pense à la Sainte Chapelle du Palais de la Cité, sa contemporaine. Elle aussi à deux niveaux, mais la comparaison s’arrête là. Autre signe de son appartenance à une époque révolue, la décoration, inspirée des rites païens fait référence au fantastique et aux monstres, à Chartres en cette fin de treizième les vitraux  font déjà la part belle à la figuration humaine.
Construit par les Hohenstaufen, Cheb tombe entre les mains des Wallenstein, riche famille allemande qui mena des incursions lucratives dans toute la bohème dont le Cesky Raj. L’affaire ne leur a pas porté chance car le 25 février 1634, Albrecht de Wallenstein se fait assassiné peu après trois de ses collègues  Kinsky, Illo et Neumann dans son château. Petite histoire sanglante. R. C.

Publié dans Tchéquie | Taggé: , , , | Modifier | Aucun commentaire »

Kost 1994 tchéquie (Cesky Raj)

Publié par ruine sur janvier 18, 2008

Château de Kost Cesky-Raj Rep tchèque

Quand Kost apparaît,  au détour d’une petite route forestière, sur son rocher entouré d’eau, tu te souviens immédiatement des illustrations des albums de ton enfance. Ce matin-là, la brume planait encore au-dessus de l’étang, au mois de mai la vallée est calme, le beau château gothique comme se plaisent à dire les tchèques fait bloc sur son socle. Dominé par un massif donjon carré de six étages l’ensemble ne dénie pas ses ajouts successifs, autour du noyau médiéval daté du XIVe se sont greffées des constructions plus tardives jusqu’au XVIIe. Des bâtiments, les plus récents, vous admirerez l’aile occidentale baroque avec son parement de pierre taillée en pointe de diamant, élevée sur l’ancienne courtine elle abrite le palais résidentiel. Il s’agit d’un château en parfait état de conservation, bien entretenu.
Hors saison, il attire quelques visiteurs en fin de semaine, mais en été la fraîcheur de la rivière et de l’étang le métamorphose en un parc de loisirs. L’intérieur du château se visite de fond en combles avec quelques attractions juteuses telles que cuisine équipée, salle de torture taillée dans le rocher et plus conventionnelle une collection d’armes du XIXe. Comme le Frydstejn, son voisin du nord, Kost a su repousser les assauts des Hussites au XVe, depuis il n’a cessé de s’embourgeoiser et de bénéficier de restaurations permanentes.
Au milieu du Cesky Raj, Kost est à l’ouest de Jicin, depuis Sobotka utilisez une petite route qui passe à Humprecht, où se trouve une fantaisie baroque constituée d’un édicule sur une grosse tour, toujours en pleine forêt roulez vers la 279, vous ne pourrez pas l’éviter. Une image de conte de fée, à 1100 km de Paris. R.C.

Publié dans Tchéquie | Taggé: , , , , | Modifier | Aucun commentaire »

Frydstejn 1994 tchéquie (Cesky Raj)

Publié par ruine sur janvier 18, 2008

Frydstejn Cesky-Raj Rep tchèque,

Je me souviens de la satisfaction d’apercevoir enfin une ruine qui avait de l’allure. Sur une arête rocheuse au-dessus de la forêt, la grosse tour ronde du Frydstejn et quelques pans de muraille dominent les alentours. L’accès est aisé car le site se visite, nous n’aurons pas ce plaisir, il est trop tard. Après une vaine tentative d’escalade du rocher sur lequel s’accroche la tour nous nous contentons de longer le mur d’enceinte. Construit sur un amas de rochers, le château compte de nombreuses salles troglodytes qui s’ouvrent sur la vallée, les constructions alternent avec la roche.
L’importante popularité du site dans cette région touristique a favorisé des aménagements sécuritaires ainsi que des restaurations, c’est toujours un peu regrettable.
L’établissement aurait eu lieu au XIVe, sans précision, il serait passé entre plusieurs mains, en 1432 les Hussites en firent le siège, en vain, son abandon remonterait au milieu du XVIe. Des vestiges et objets récupérés lors de fouilles du château sont également exposés au musée de Turnov. Certainement plus pour l’imaginaire populaire, Frydstejn aurait servi de refuge pour des déserteurs et des persécutés.
Depuis Turnov, vers le nord, vous continuez la 10 vers Mala Skal, prendre une route à l’ouest vers Frydstejn. Tout est fléché, les tchèques sont très fiers de leur ruine. R. C.

Publié dans Tchéquie | Taggé: , , , , | Modifier | Aucun commentaire »

Rotstejn 1994 Tchéquie (Cesky Raj)

Publié par ruine sur janvier 18, 2008

Rotstejn Cesky-Raj Rep tchèque

C’est vrai, il y a eu un château à Rotsejn, il daterait du XIIIe. Perchés à 436 m, peu de vestiges : une arche naturelle consolidée par deux piles de soutènement, un mur percé d’archères, quelques salles vaguement taillées dans le rocher, un cheminement bien canalisé par des garde-corps toujours en ferraille lourde. Les constructions aménagées dans un dédalle de blocs, pour l’essentiel, étaient en bois.
A lui seul le tourment géologique du Cesky Raj suffit à nourrir les imaginaires, alors les restes d’un petit château coincé entre deux monolithes sont une cerise sur le cake. La fondation est établie au XIIIe et l’occupation aurait duré à peine deux cents ans. Au terme de six siècles d’abandon, il ne faut pas s’attendre à des merveilles, quoi de plus normal !
Vous le trouverez à 8 km à l’est de la ville Nord du Parc, Turnov,  dont le fils du fondateur fonda le fort, empruntez la route 283 vers Radostna, un peu avant, prendre vers le nord vers Klokoci. Le site est fléché, et je crois me souvenir d’un panneau descriptif aux abords, en tchèque évidemment !
En 94, il faisait bon se perdre deux ou trois journées dans le Cesky Raj, sites naturels extraordinaires, idéal pour randonner, villages et bourgades préservés du tourisme massif. Jicin en témoigne avec sa grande place bordée d’immeubles colorés qui évoquent aussi l’Italie, tout cela à une heure de Prague.
D’ailleurs, personne ne s’y est trompé, depuis 2005 ce parc géologique est inscrit au patrimoine de l’Unesco. R. C.

Publié dans Tchéquie | Taggé: , , , , | Modifier | Aucun commentaire »

Trosky 1994 Tchéquie (Cesky Raj)

Publié par ruine sur janvier 18, 2008

Trosky Cesky-Raj, Tchéquie

Un amer au milieu du Parc. Si tu vas dans le Cesky Raj tu ne manqueras pas d’apercevoir Trosky et ses deux tours. Immanquablement, tu en feras le tour car les “Villes de Pierres” sont toutes accrochées à des collines formant le pourtour d’un gigantesque cirque volcanique. Nous avions réservé sa visite pour notre dernier jour pensant benoîtement garder le meilleur pour la fin tellement la puissance du site nous subjuguait, au loin. Lassés des tas de pierres et des sites fermés ou des restaurations aléatoires sous influence soviétique, nous enfilâmes la petite route qui fend des champs de colza depuis la nationale 35.
Notre déception progressait conjointement à la vitesse de la voiture, pour nous achever au pied des pitons de basalte qui supportent les 2 tours : un parking de supermarché équipé de baraque à frites et autres camelots. Nous ne sommes même pas monté au belvédère.
Le château date de la fin du XIVe et sa ruine du XVIIe, en contrebas palais et basse-cour ont totalement disparu, ils reliaient l’ensemble. En 1840, la tour de la vierge s’est vue couronnée d’un observatoire panoramique, à 488 m effet garanti, certainement le plus beau point de vue sur le Ceski Raj. Moralité demeurez loin de Trosky, contentez vous d’admirer de loin sa fière allure, votre imagination se satisfera de sa silhouette noire dans une brume de soleil.  R. C.

Publié dans Tchéquie | Taggé: , , , , | Modifier | Aucun commentaire »

Parez 1994 Rep Tchèque (Cesky Raj)

Publié par ruine sur janvier 11, 2008

Parez Cesky Raj

Y a t’il eu un château à Parez ? Sur la carte, il est mentionné à cet endroit une ruine que nous n’avons pas trouvée. Un empilement de pierres tout au plus, des escaliers taillés dans le rocher, une salle troglodyte et surtout des bons garde-corps en tubes soudés, vestiges de l’ère communiste. Le Cesky Raj est une région unique en Europe, nous avions atterri là un peu par hasard, en feuilletant un journal Praguois dont des photos en noir et blanc nous avaient enthousiasmés. Les “villes de pierre” comme les appellent les tchèques sont d’énormes congressions rocheuses agglutinées comme des buildings, certaines font plus de 30 m de hauteur. Ainsi, nous partîmes à la découverte des châteaux et des paysages du “paradis tchèque”, traduction de Cesky Raj, baptisé ainsi au XIXe par des poètes qui tombèrent sous le charme de cette belle nature. Les photos du journal ne trahissaient pas, émergeants des forêts, les colosses de grès en imposent par leur présence. Parfaitement préservé, épargné par l’urbanisme de masse efficace, cher aux nations du bloc communiste, le parc n’est qu’à 90 km au nord est de Prague en montant vers la Pologne.
Passez par Sobotka, vous n’oublierez pas les maisons de bois sombre qui surplombent la rivière, ensuite plongez dans la vallée de la Jizera pour retrouver des paysages vallonnés authentiquement romantiques. Deux villes bordent le parc : Jicin au sud et Turnov au nord, la nationale 35 les relie, 30 km les séparent. Le site de Parez qui culmine à 450 m est au bord d’une route secondaire de montagne qui va vers le nord ouest en sortant de Jicin, passez à Prachov après le village de Parezka lhota, en pleine forêt un chemin indique bien la direction du lieu, vraisemblablement ce tas de pierres chétif, déjà évoqué, au pied des congressions. La destination, pour un week-end romantique n’est pas usurpée, outre l’opulente nature, en 94, le marché sur la place principale de Jicin sentait encore bon l’Europe de l’Est avec ses produits made in USSR. Dans l’arène, un jeune vendeur de Skoda cohabitait avec des vieilles vendeuses aux doigts crochus et aux fichus rouges. Autour, les bâtiments multicolores aux arcades gothiques complètent harmonieusement le tableau. R. C.

Publié dans Tchéquie | Taggé: , , , , | Modifier | Aucun commentaire »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s