Turquie Cilicie

Juin 2017 Nous sommes revenus d’un nouveau voyage, 15 jours pour remonter des vallées perdues, sillonner la plaine de Cilicie, traverser les montagnes du Taurus, côtoyer les rivages de la Méditerranée. Encore et toujours des pistes ou des sentiers pour rejoindre des ruines inconnues perchées sur des rochers ou dissimulées au fond d’étroites vallées. Des surprises, des rencontres, des paysages renouvelés qui mettent en scène des ruines millénaires, grecques romaines et médiévales.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les sites visités :
Adrassus – Alahan – Anamurium – Asirlik – Babilik – Cukhurhisar – Egni – Ermenek – Fenk – Kabaçam – Kanlidivane – Keçi – Kesis – Kibrislar – Lamos – Lamas – Mancinikkale – Milvan – Softa – Yenidemir

Publié dans la Cilicie | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le livre : Sur les routes de l’Orient

Avant un prochain voyage en Cilicie
Une petite promo
Vous aimez les baklavas ?


A la manière de Booktube voici une petite promo du livre de Régis Crozat, un peu long mais ça en vaut la peine !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Andlau 2013 France (Alsace)

Il fait toujours bon repasser à Andlau, d’autant que le souvenir de ma première visite vers 1983 s’effaçait. Impressionnant par la taille et les dimensions depuis le fond du fossé, la haute muraille qui n’a pas souffert détient encore tout le secret de son intérieur. Quelquefois avant de traverser Barr, le bourg d’en bas, je me fendais d’une photo photogénique de l’élégante stature lorsque le soleil remonte des rangs de vignes. Cette fois le froid brumeux qui dure autant que l’hiver avec un peu d’automne et beaucoup de printemps, rend la pierre laiteuse. Depuis, le château est devenu une scène de l’art contemporain et se laisse entretenir par un descendant de ses illustres constructeurs. Depuis, j’ai également visité les maisons fortes à deux donjons opposés du Gers !

 Barr, charmant petit bourg de l’Alsace typique, niché dans le mille du vignoble, au pied des ballons, dominé par son château.
Une construction tardive dont des états font mention à partir du XIVe. A l’abri des vicissitudes temporelles, des bandits et des Suédois, l’ensemble parvient intact à la révolution. Vendu comme bien national à un rapace qui le dépèce, monnayant toiture et boiseries, rapide sera sa ruine. Je hais tous ces gars-là, marchands de biens d’hier et d’aujourd’hui. Henri-Paul Eydoux s’interrogeait sur la présence des deux donjons, alors qu’un seul suffisait amplement. La mégalomanie répond en principal et je partage son avis, d’ailleurs à quoi sert finalement un château fort, si ce n’est à asseoir le nom et la puissance d’un type doué pour exploiter ses voisins qui lui sont inféodés ? Lui-même vassal d’un évêque. Aujourd’hui, les Chinois se font construire des buildings de plus de 400 m de hauteur, au XIIe les bourgeois de San Gimignano se jalousaient avec des tours de 25 m qui surplombaient leurs palais.
Revenons à Andlau, où la présence de deux donjons pourrait s’expliquer par une scission du bien (assez fréquent en Alsace), thèse corroborée par l’édification du petit palais sur le flanc de la pointe Nord.
La visite du lieu réclame quelques détours en automobile (passez par la D854 et empruntez une route forestière jusqu’à la Hunterplatz, ne passez pas à Andlau), un gros quart d’heure de marche dans les bois suffit. Le monument apparaît soudain au dernier virage, le mur de la basse-cour est très ruiné, en revanche le bel appareil des courtines est intact, il a bénéficié d’un ravalement vers 1930. Nous entrons dans l’enceinte par une porte en ogive du XVIe, la cour est sombre, les murs sont percés de hautes archères. Sur les deux niveaux supérieurs l’alignement régulier des doubles fenêtres ogivales polylobées avec leurs colonnettes, surprend l’amateur d’ouvrages fortifiés. S’agit-il d’un aménagement du XVIe, la mode n’est plus à l’arc brisé ? Il faut imaginer que tout était encore couvert au XVIIIe. A l’intérieur, l’envers du décor ponctué de toutes ses niches et arrachements de cheminées répond maladroitement à la pureté de la grande façade extérieure, sans bossage. Un coup d’œil circulaire, 11 m sur 34, vite vu, la visite est contingentée par un parfait état d’entretien, les donjons demeurent inaccessibles, une habitude de la région. A peine sorti des sous-bois, j’aperçois déjà un peu plus bas la tour du Spesbourg. R.C

Publié dans Alsace France | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Linchamps 2012 France (Ardennes)

Chaque dimanche nous longions la Semoy pour nous rendre à Bohan en Belgique. Mon père faisait le plein de la « guinde » et de cigarettes, ma mère nous achetait des plaques de chocolat Côte d’or, l’éléphant barrissait au bout de chaque barre. A cette heure j’ignorais la vie enfouie des tours et châteaux qui défendaient les boucles de la rivière depuis Florenville, Bouillon jusqu’à Monthermé. Je remercie les auteurs du site http://mosa.ouvaton.org/ qui m’a permis de découvrir cette ligne de fortifications érigées du Xe au XVIe siècle, la forteresse de Linchamps figure l’ultime édification. N’imaginez pas une route des châteaux de la Semoy, laissons à Verlaine et Rimbaud la paternité de cette aventure, contentez-vous de tristes ruines pour la plupart arasées au XVIIe. Aucun donjon ne marque les boucles romantiques de la petite rivière, charmante égoïste, déjà évoqué dans mon article au sujet du château de Bouillon. Sous une pluie battante, comme il en tombe souvent en automne sur cette montagne, un chemin longe la crête en sous-bois, au travers des feuilles et du rideau de pluie j’entendais les braillements des adolescents qui jouaient sur le stade de foot de Hautes-Rivières. Aucun balisage, sans repère, vers le sommet le sentier parvient à une paroi oblique anormalement plane, en avant un fossé barre vaguement l’éperon. Les vestiges seront rares, la végétation n’attend pas, le site s’étend sur plus de 250 mètres pour 120 de large, dissimulé par la forêt. Les découvertes sont au hasard, en tournant autour des sommités, puis en les gravissant des restes de structures porteuses apparaissent. Des saignées, ou des escaliers taillés dans le schiste ardoisier ; une pierre impossible à équarrir dont les appareillages ne peuvent tenir qu’à gros renfort de mortier, requérant un entretien régulier. La disparition de tous les murs du château s’expliquant ainsi, il demeure néanmoins des zones de pierriers desquels n’émergent aucun bloc taillé, pourtant la ruine ne date que de la fin du XVIIe. A ce temps, Louis XIV restructure en ayant le souci d’une bonne gestion des finances et d’une maîtrise de ses places fortes, entretien, potentiel nid de contre pouvoir conduisent à la mine un lot de fortifications. Linchamps disparaît définitivement en 1673. Une histoire courte, au moins pour celle documentée qui débute vers 1530 avec l’édification par Antoine de Louvain, homme d’armes inféodé au royaume de France. La mauvaise réputation de son fils Jean, brutalité et exactions en nombre, notamment la mise à sac de villages dont il assure la protection dans la vallée de la Meuse, finissent par la mise en déroute du gaillard et la destruction du château en 1550. Quatre années plus tard, une nouvelle forteresse adaptée à l’artillerie, siège sur l’éminence, 90 mètres au dessus de l’eau. Avec Henri de Lorraine, duc de Guise, la fortification s’étoffe, imaginez une vaste construction entourée de bastions. Rien ne dépasse, pas de haute tour, le donjon ne sera pas reconstruit, remontez la vallée, visitez Bouillon et transposez. Suite de l’histoire, la couronne rachète Linchamps en 1629, vingt années plus tard il appartient aux frondeurs, Ligneville et Condé jusqu’en 59. Destruction et abandon en 1673. Si elle n’est pas écrite, une vie antérieure se conçoit bien avant le XVIe siècle, un tel endroit ne pouvant rester inoccupé. Depuis Nohan ou Hautes-Rivières vous finirez bien par le trouver et le traverser, ne vous fiez pas au hameau de Linchamps dans la petite vallée qui remonte. R.C

Publié dans France | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Villentrois 2013 France (Indre)

ruine-villentrois-r-crozat  ruines-villentrois-2-r-crozat

Une histoire un peu floue pour un gros morceau, la masse de calcaire jaunasse sali, s’assoit sur les quelques petites maisons d’un hameau au faubourg de Villentrois. Désertification planante, au début du XXe siècle, le village comptait plus de 1200 habitants, pour à peine 620 aujourd’hui. Une guerre, un exode rural, au XIXe le propriétaire du château anticipait le mouvement en démontant les boiseries et les structures pour les recycler. Philippe de Commynes à dû se retourner dans sa tombe, lui qui s’était ruiné en se faisant financer par la couronne pour rebâtir sa forteresse. Epoux d’Hélène de Chambes, ils héritent de l’Argenton, auquel Villentrois appartient, conseiller de Louis XI, ce dernier lui remet une belle somme d’Ecus afin qu’il s’établisse dignement et confortablement. Le vieux château du XIe se modernise pour devenir ce qu’il subsiste toujours. De beaux restes. La vie de Commynes se confond dans celle d’un homme de pouvoir qui s’accorde selon les tendances, avec certainement une bonne dose d’opportunisme ! Chambellan de Charles Le Téméraire, il passe à l’ennemi en 1473 flatté par la rouerie du roi, il en devient le proche conseiller, à sa mort en 1483 il tente la prolongation avec le dauphin Charles VII. L’inimitié du père envers le fils lui porte plutôt préjudice, non content d’être en disgrâce il doit justifier les sommes reçues pour la restauration de son château. La première construction date de Foulque Nerra, la légende lui attribue un grand nombre de forteresses à l’ouest, normal pour un comte d’Anjou. Ici nous nous trouvons à l’extrême Est de sa circonscription. Spécialiste du donjon monolithique à contreforts plats, ici rien ne permet de l’affirmer, j’ai déjà évoqué le gaillard dans mes articles sur Broue, Montbazon et Loches. De Commynes aurait-il tout rasé ? Difficile interprétation, le site privé, enserré d’habitations, fermé à la visite ne se laisse pas approcher, hormis au sud. La position s’accoutume d’une grande banalité, un vague bout de côte surplombe une vallée traversante, peut être celle qui accueillait la voie Gallo-romaine majeure traçant est/ouest vers Poitiers. La construction en impose, encadrée par ses grosses tours bien flanquantes et ses hautes courtines percées de grandes ouvertures, sans archères ni bouches à feu, à l’évidence il s’agit plus d’en imposer à ceux du dessous. La plupart des manuels scolaires associent la fin des châteaux fort au règne de Louis XI, la mutation s’effectue doucement, Villentrois le démontre. La conservation de l’ensemble se porte assez bien. La partie Nord vers la côte, recouverte de végétation, flatte un peu moins, peu visible elle s’enfonce dans le bois. Le plan ressemble à un quadrilatère, sur les façades peu de modénatures, hormis une belle bretèche qui doit surmonter l’accès principal. D’autres descriptions plus documentées existent sur le web, je vous épargne ma paraphrase. L’application de cartographie offerte par Google, ne permet pas de discerner précisément l’état de la courtine nord, mais de s’assurer que la demeure dans le parc jouit bien d’une grande piscine ! A l’extérieur, les modestes maisons environnantes crunchent les vestiges d’une première enceinte, des tours semblent digérées depuis longtemps par l’urbanisation « démesurée » du hameau… Au début du XXe siècle l’enceinte devait être plus perceptible car deux portes se tenaient encore, elles auraient été démolies vers 1920. Des photos montrent l’un des édifices supportant un hourd avec une belle ouverture en ogive. Il en faudrait peu pour retrouver des hautes toitures pointant sur chaque tour, grises scintillantes, un château parfait du val de Loire. R.C.

Publié dans France, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Loches 2013 France (Indre et Loire)

ruine R Crozat Lochesruine R Crozat Loches

Le XVe siècle fut à Loches ce que le XVIIe fut à Versailles, impétueux, hélas un pont plus loin endormit définitivement la ville et son rocher. Sa cristallisation profite aux touristes qui jouissent d’une cité intacte dans ses derniers lustres, à la fin du XVIIIe. Lorsque la Loire s’est franchie à Tours, la route commerciale vers Paris s’y est déplacée elle aussi. Loches a sombré, pour mieux renaître en fignolant son caractère de petite ville royale délaissée, toujours à l’abri de ses immenses remparts. Une imposante stature aux beaux effets de géométrie descriptive, admirables dans une précise interpénétration du volume des tours dans les courtines. Au rang des distinguées, ses trois fameuses tours en amande chacune équipée d’un même artifice dissuasif, plus élégant que stratégique. Une longue archère fend la pointe de l’éperon, elle ne procure aucune vision latérale, au mieux elle fragilise la construction, la beauté du geste survient par le méplat de l’étrier qui termine l’élégance. Ce formidable ensemble cerne le donjon originel, du Foulque Nerra, ici les contreforts du gros quadrilatère sont arrondis. Remaniements incessants, chaque propriétaire y laissant du sien, marquer son territoire et son époque, la postérité leur appartiendrait encore. Au plus haut, face au sud, le véritable château fort, une énorme tour de 36 mètres pour 23 sur 15 de côtés, cernée d’appendices. Au début du XIe, il faut l’imaginer seule sans ses remparts, ceux que nous admirons encore furent construits pour Henri Plantagenêt au XIIe siècle. La fortification n’était pas la première non plus, au Ve un monastère occupe la colline, suivi d’une forteresse au siècle suivant, démolie par « les fils de Charles Martel », dont Pépin le Bref ? A la fin du XIe, une seconde tour de 25 m, accolée au donjon en défend son entrée, la troisième ne date que du XVe. La construction du logis royal sur la falaise Nord, vers 1370, sous le règne de Charles V, désacralise le donjon, dévolu à la prison royale pour les célèbres prisonniers de Louis XI. Gommée, la fonction résidentielle, le touriste se rince l’œil de graffitis et d’art rupestre, chaque condamné quand il ne croupissait par dans une cage, s’ébattait dans sa geôle pinceaux à la main. Un souterrain, voire plusieurs couraient dans le rocher.
Charles VII jusqu’à son couronnement partageait son temps entre Loches et Chinon. Le perpétuel angoissé paranoïaque y fut heureux avec sa favorite affichée, intrigante jalousée et amoureuse de Jacques Cœur. Dernier souvenir, la petite tour belvédère dite « d’Agnès Sorel » dominait un joli paysage où roucoulait l’Indre, des toitures d’ardoises luisent sous un pale soleil, deux autres rangs de fortifications s’insèrent dans l’urbanité. Le beau logis profite encore à Anne de Bretagne, ces deux époux successifs l’agrandissent en flamboyant, ultime gothique et fin de Loches. Une visite vaut une promenade de plusieurs heures, longer au pied des remparts, en faire un tour, fréquenter les portes fortifiées, la collégiale, le logis mignard abri de biens d’ébats royaux, enfin des geôles sordides dans les hautes tours. Entre chaque bâtiment remarquable parsemé sur le plateau s’étend, au fil de ruelles et d’allées ombragées, un espace d’habitations sans avenir, hormis celui du XVIIIe siècle. R.C.

Publié dans France | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Picquigny 2013 France (Somme)

piquigny-ruine-r-crozat picquigny-ruines-r-crozat

Une surprise agréable, tenue à l’écart sans publicité aux portes d’Amiens, à Picquigny les maisons de briques contrastent avec la blancheur du calcaire dont les fortifications se parent. Toute la ville se trouvait ceinte jusqu’à la Somme, sur l’avancée du plateau supérieur le château dominait la cité. Les vues les plus emblématiques surgissent de la route de Neuilly, un gros corps de logis dépasse des champs, fondement d’un ancien donjon érigé peut être au XIe, l’épaisseur sur ce front d’attaque avoisinerait les cinq mètres. Impossible de vérifier, l’accès à l’intérieur des ruines reste fermé. Dommage, il recèle quelques beaux morceaux que je me contente de décrire selon le compte rendu de Monsieur Jean-Pierre Delory. Un état des lieux qui mérite de l’attention, l’abondante information textuelle : des visuels allant de gravures de la fin du XVIIIe, aux cartes postales antérieures aux guerres du XXe. Un reportage photos des années 1970, avant le défrichage et la mise hors gel jusqu’aux derniers relevés, forment un ensemble documentaire de choix. Nous y apprenons que la ruine progresse peu depuis l’abandon du château vers la fin du XVIIIe, que pendant la seconde guerre mondiale, en 1940, certains bâtiments ont souffert, notamment le pavillon Sévigné criblé d’impacts. L’image du château s’élevant sur trois niveaux figure sur un dessin assez réaliste, ultime épreuve d’une grosse demeure d’allure austère encadrée de grosses tours rondes. Les fenêtres, hautes et nombreuses le distancient de l’allure médiévale et défensive, pourtant il garde ses oripeaux fortifiant, avec le châtelet d’entrée, ses tours flanquantes, l’éperon barré et surtout son réseau de murailles pour la partie haute. De l’enceinte de la ville, entretenue jusqu’au XVe je n’ai pas vu de vestiges. La puissance parle depuis le chemin des Rossignols, plombé par la monstrueuse muraille qui écrase les passants, couloir sinistre depuis que la ruine ronge appuyée par des arbustes rampants. La ruelle se finit sous le pont qui l’enjambe avant de s’ouvrir sur le plateau, c’était là le front d’attaque. Picquigny garde le passage de la Somme, aux marches du royaume, la seigneurie étendue, puissante et d’importance domine le Moyen Age. La famille donne des chevaliers Croisés de la première croisade avec Godefroy jusqu’à la septième en compagnie de Louis IX (dit le saint). Plusieurs rois séjournent ici, Louis XI y signe un traité en 1475 avec Edouard IV d’Angleterre, la guerre de Cent ans prend fin sans heurts, ensuite y passent Charles VIII, Henri IV, Richelieu, puis Madame de Sévigné amie de la duchesse. Deux accès libres mènent au plateau, l’escalier St Martin et l’imposante porte du Gard qui détenait encore sa herse jusqu’en 1914. La basse-cour est divisée en trois espaces dont la Baille, un terre-plein occupé en partie par la collégiale, ancienne chapelle du castrum, un vaste jardin au dessus de la ville et la cour fermée du château accessible depuis la baille par une poterne avec un pont-levis. Un autre pont, au dessus de la porte du Gard, ouvrait vers le pavillon Sévigné et permettait d’aller dans le jardin sans franchir de portes. Le logis du château comportait quinze appartements, son plan en L est flanqué de trois tours, une quatrième défend la porte principale, belle et typique avec un arc d’ogive, ses deux ouvertures, pour les chars et les piétons, équipées de ponts-levis. Le contraste saisit le voyageur contemporain, qui parcourt un bourg déjà du Nord à la brique terne, surpris par l’étendue de la richesse et de la puissance passée. Je n’ai pas évoqué les vestiges domestiques sous la ruine.  R.C.

Publié dans France | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire